lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Rafael Correa : l’Équateur a besoin de Cuba pour s´attaquer au Covid-19

Quito, 23 mars  (Prensa Latina) L’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa, a déclaré hier que son pays avait besoin de l’aide de Cuba dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Dans ses messages sur le réseau social Twitter, l’ancien mandataire a indiqué que le pays des Caraïbes assiste plusieurs nation, y compris en Europe, et a critiqué le fait que le gouvernement national de ce pays sud-américain n’ait pas fait de demande d’aide à la plus grande des Antilles.

« Cuba aide même l’Europe. J’ai parlé aux instances du plus haut niveau et ils peuvent nous aider, mais le gouvernement équatorien ne l’a même pas demandé », a assuré Correa.

Il a également souligné qu’il fallait renoncer à la haine et aux intérêts politiques, car la nation avait besoin de l’aide cubaine pour sauver des vies.

Dans un autre message, l’ancien président a déclaré : « Un jour, nous raconterons à nos enfants qu’après des décennies de films et de propagande, à l’heure de la vérité, quand l’humanité a eu besoin d’aide à un moment où les grandes puissances se sont cachées, les médecins cubains ont commencé à arriver, sans rien demander en retour ».

Les réflexions de l’ancien mandataire surviennent à un moment où des brigades médicales du pays caribéen se trouvent dans plusieurs États comme le Venezuela, le Nicaragua, la Jamaïque, le Suriname, la Grenade et l’Italie, où elles aideront à combattre la nouvelle souche de coronavirus.

De même, elles coïncident avec des demandes adressées à l’Exécutif équatorien depuis plusieurs mairies, organisations sociales et politiques, de faire des démarches pour acquérir l’Interferon Alpha 2b recombinant, un médicament cubain qui s’est avéré efficace dans l’attention au Covid-19.

Les requêtes comprennent des demandes de reprise de la coopération médicale de l’archipel des Caraïbes dans ce territoire andin, où les médecins insulaires ont passé plus de 10 ans, jusqu’à fin 2019, lorsque l´actuel gouvernement équatorien, dirigé par le président Lénine Moreno, a décidé de ne pas renouveler les conventions en matière de santé.

Peo/mem/scm

EN CONTINU
notes connexes