mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela dénoncera à l’ONU les plans d´agression organisés en Colombie

Caracas, 26 mars (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien dénoncera devant l’Organisation des Nations Unies (ONU) des plans orchestrés depuis la Colombie pour générer violence et déstabilisation dans le pays, a déclaré le chancelier Jorge Arreaza.

« Nous dénoncerons à l’ONU les nouveaux plans violents organisés depuis la Colombie pour générer des attaques terroristes et des assassinats ciblés contre les autorités vénézuéliennes. Depuis 2018, nous avons informé le gouvernement colombien de ces plans et rien n’a été fait. Tout indique qu’ils sont y compris soutenus et financés », a indiqué le titulaire sur le réseau social Twitter.

L’Exécutif bolivarien a présenté mercredi des preuves d’une conspiration de groupes irréguliers basés en Colombie pour exécuter des assassinats ciblés de hauts fonctionnaires du Gouvernement et engendrer la violence dans la nation sud-américaine.

En conférence de presse depuis le Palais de Miraflores (siège de l’Exécutif), le ministre de la Communication et de l’Information, Jorge Rodriguez, a également évoqué la complicité des autorités colombiennes dans ces plans déstabilisateurs, et ce au milieu de la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Rodriguez a expliqué que les services de renseignement de l’État vénézuélien avaient découvert que des groupes terroristes avaient prévu d’activer en mars des assassinats ciblés, des massacres et l’utilisation d’engins explosifs pour semer le chaos dans le pays.

Il a rappelé que, le 23 mars, la police colombienne de la circulation routière avait saisi un arsenal de guerre dans une camionnette sur la route Ciénaga-Barranquilla, qui aurait été utilisé pour déclencher des événements déstabilisateurs au Venezuela.

De même, Rodriguez a dévoilé le réseau de terroristes entraînés en Colombie pour générer des foyers de violence; « nous savons qu’à Riohacha (nord de la Colombie) il y a trois camps où s´entraînent des mercenaires pour déclencher des plans contre le Venezuela », a-t-il déclaré.

« Même face aux jours difficiles que vit le pays, ils ne se sont pas détenus dans leurs plans d´attaque », a dénoncé le ministre, en soulignant que même au milieu de l’urgence sanitaire actuelle les organismes de sécurité de l’Etat sont actifs dans le processus de recherche de « situations graves de conspiration ».

Le ministre des Affaires Étrangères a appelé le secrétaire général de l’ONU à répondre à cet épisode et à demander au gouvernement colombien d’expliquer la présence sur son territoire de camps d´entrainement destinés à préparer des actions violentes contre le Venezuela.

peo/acl/Wup

EN CONTINU
notes connexes