vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un groupe de pays demande aux Nations Unies qu’il soit mis fin aux mesures coercitives unilatérales

Nations Unies, 31 mars (Prensa Latina) Le Groupe des États pour la défense des principes de la Charte des Nations Unies plaide aujourd’hui pour le retrait des mesures coercitives unilatérales qui entravent les efforts pour lutter efficacement contre le Covid-19.

Comme l’a indiqué la Représentante permanente de Cuba auprès des Nations Unies, Ana Silvia Rodriguez, ce groupe a adressé une lettre au secrétaire général de l’ONU, António Guterres, pour demander la fin de toutes les mesures coercitives unilatérales.

En outre, l’ambassadrice a indiqué, par l’intermédiaire de son compte Twitter officiel, qu’il est regrettable et éthiquement immoral que le gouvernement des États-Unis consacre des efforts et des ressources pour attaquer la collaboration médicale cubaine alors qu’il devrait se concentrer sur la garantie de soins à tous ses citoyens et fournir des ressources aux hôpitaux.

En pleine crise mondiale due à la pandémie de Covid-19, le secrétaire général de l’ONU a appelé à maintes reprises à renoncer aux sanctions qui frappent de nombreux pays dans le monde, dont notamment Cuba, le Venezuela, l’Iran et la Syrie.

Le plus haut représentant de l’Organisation des Nations Unies a également appelé à une plus grande solidarité et à un soutien accru en faveur des personnes vulnérables.

L’ambassadrice cubaine à l’ONU s’est fait l’écho de l’appel du titulaire de l’agence multilatérale et a réclamé la fin du blocus imposé à Cuba par les États-Unis depuis près de 60 ans.

Le Bureau de coordination du Mouvement des pays non alignés a appelé à l’adoption de mesures urgentes et efficaces pour éliminer le recours à des mesures coercitives unilatérales, qui empêchent de nombreuses nations de lutter contre la pandémie de Covid-19, a déclaré la diplomate cubaine.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Michelle Bachelet, a également appelé à la levée des sanctions face à la propagation mondiale du nouveau coronavirus.

Ces mesures imposées par les États-Unis, l’Union Européenne et d’autres puissances contre plusieurs pays ont un impact négatif sur la santé publique en raison du manque de médicaments et d’équipements pour combattre le Covid-19, a-t-elle souligné.

Ces mesures devraient être assouplies ou suspendues, car elles entravent les soins de santé et accroissent le risque de contagion, a souligné Bachelet.

Un large éventail de sanctions entraverait les efforts de santé à Cuba, au Venezuela, en Iran, au Zimbabwe et dans d’autres pays visés par ces sanctions, a-t-elle indiqué.

Dans le cas cubain, le secteur de la santé est l’un des plus touchés par le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis, selon les rapports présentés à l’Assemblée Générale des Nations Unies.

peo/rgh/ifb

EN CONTINU
notes connexes