lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU rend hommage aux victimes du génocide au Rwanda

Nations Unies, 8 avril (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a rendu hommage hier aux victimes du génocide contre les Tutsis au Rwanda, où plus d’un million de personnes ont été systématiquement assassinées en seulement 100 jours.

Dans son message pour la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda, il a rappelé que si les victimes appartenaient de façon écrasante à cette communauté, elles comprenaient aussi des Hutus et d’autres s´opposants au génocide.

C’est pourquoi, en ce jour, a souligné Guterres, nous honorons ceux qui ont été tués et nous nous inspirons de la capacité de ceux qui ont survécu à la réconciliation et à la restauration.

Jamais plus une telle atrocité ne doit être permise, il est urgent de dire non aux discours haineux et à la xénophobie, et de rejeter les forces de polarisation, de nationalisme et de protectionnisme, a souligné Guterres.

Il a également souligné que ce n’est qu’en reconnaissant que nous sommes tous une famille humaine, qui partage la même planète, que nous pourrons relever les nombreux défis mondiaux, du Covid-19 au changement climatique.

Depuis le génocide, le Rwanda a démontré qu’il était possible de se relever des cendres, de guérir et de reconstruire une société plus forte et plus durable, a estimé le plus haut représentant des Nations Unies.

Alors que nous nous tournons vers l’avenir pour accélérer les efforts visant à atteindre les Objectifs de Développement Durable, tirons les leçons de l’expérience rwandaise en cours, at-il manifesté.

En raison de la pandémie de Covid-19, la traditionnelle réunion commémorative de l’Assemblée Générale des Nations Unies à l’occasion de la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda a été reportée.

Cependant, l’ONU a invité à réfléchir sur cet événement, l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire humaine, qui a laissé une profonde souffrance et une empreinte sur ceux qui ont survécu au génocide.

peo/agp/ifb

EN CONTINU
notes connexes