jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le blocus des États-Unis empêche Cuba d’acheter des respirateurs artificiels

La Havane, 13 avril (Prensa Latina) La société Medicuba ne sera pas en mesure d’acheter les respirateurs artificiels sous contrat avec les fabricants IMT Medical AG et Acutronic en raison du blocus parce ces sociétés ont été achetées par une compagnie nord-américaine, a expliqué une source officielle cubaine.

 

Le Directeur général de l’Amérique latine et des Caraïbes de la Chancellerie cubaine, Eugenio Martinez, a indiqué sur Twitter que plusieurs fournisseurs avaient informé Medicuba de l’impossibilité de livrer les ventilateurs pulmonaires sous contrat.

L’obstacle est le blocus imposé par les États-Unis puisque les fabricants IMT Medical AG et Acutronic ont été achetés par Vyaire Medical Inc, société basée dans l’Illinois, aux États-Unis, a ajouté le diplomate.

Martinez a également cité le vice-président de Medicuba, Luis Silva, qui a souligné que la nation antillaise ne pouvait pas acheter de médicaments à des entreprises étasuniennes en raison du blocus.

Selon Martínez, le fonctionnaire de l’entité importatrice de médicaments, de matériel et de fournitures médicales a indiqué qu’elle avait essayé d’acheter des produits auprès de 60 entreprises de la nation nord-américaine.

Mais, a-t-il ajouté, seuls deux d’entre elles ont répondu, y compris Bayer, qui a signé un accord qui n’a pas été concrétisé par l’interdiction du Département du Trésor au motif que le permis était censé expirer.

Cela s’ajoute donc aux répercussions du blocus économique sur le secteur de la santé cubain qui, uniquement entre avril 2018 et mars 2019, a causé des pertes de plus de 104 millions de dollars, soit 6 millions de plus que lors de la période précédente, selon les données officielles.

Le rapport présenté par Cuba sur les dommages causés par le blocus imposé il y a près de 60 ans ajoute que Medicuba a demandé à 57 sociétés nord-américaines d’acheter des intrants.

À ce jour, 50 de ces sociétés ont répondu et trois autres ont fait valoir qu’elles n’avaient pas l’autorisation de vendre à Cuba des médicaments ou du matériel.

Par ailleurs, le chancelier de Cuba, Bruno Rodriguez, a déclaré aujourd’hui que les États-Unis se livrent à des mensonges irrespectueux contre la coopération médicale de l’île.

C’est une politique dont l’impact s’intensifie dans le contexte de la lutte contre le Covid-19, a écrit le ministre des Affaires Étrangères sur son compte Twitter @BrunoRguezP.

De même, Rodriguez a déclaré que les actions du gouvernement nord-américain constituaient une réponse erronée à la demande croissante de la communauté internationale de mettre fin au blocus imposé à la nation caribéenne.

Le Sous-Secrétaire d’État nord-américain pour l’hémisphère occidental, Michael G. Kozak, a récemment déclaré que les sanctions contre Cuba étaient dirigées contre le gouvernement et n’empêchaient en rien le commerce des produits alimentaires et des médicaments.

Ces déclarations contredisent les contacts des entreprises cubaines avec leurs homologues nord-américaines, qui invoquent les lois du blocus comme un obstacle aux transactions de matériel et d’intrants.

Washington a demandé à d’autres pays de refuser la coopération de l’île en réponse à l’impact du SRAS-CoV-2, qui a déjà fait plus de 100 mille morts dans le monde.

Cuba a déjà envoyé une quinzaine de brigades du contingent international de médecins spécialisés dans les catastrophes et les épidémies graves Henry Reeve, notamment en Italie, en Andorre, en Angola, au Nicaragua, au Venezuela et dans des pays des Caraïbes.

peo/rgh/lbp/cvl/ mem/ro


 

EN CONTINU
notes connexes