mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis ont reçu des informations de l’OMS sur le coronavirus depuis 2019

Washington, 20 avril (Prensa Latina) Des experts étasuniens présents à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont transmis des informations depuis fin 2019 à l’administration de Donald Trump sur le nouveau coronavirus, diffusent aujourd’hui des médias nord-américains.

 Un article publié par le Washington Post et repris par d’autres organes de presse a indiqué que plus d’une douzaine de chercheurs, de médecins et d’experts en santé publique des États-Unis travaillaient à plein temps au siège de l’OMS à Genève, en Suisse, quand le SRAS-Cov-2 est apparu.

Le journal a indiqué que ces personnes avaient envoyé des informations en temps réel à l’administration de Donald Trump sur la découverte et la propagation du coronavirus en Chine, selon les déclarations de responsables nord-américains et internationaux.

Plusieurs membres du personnel des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) de ce pays sont régulièrement affectés à l’OMS à Genève dans le cadre d’une rotation qui a fonctionné pendant des années.

Des sources citées par le quotidien ont ajouté que de hauts responsables de la santé nommés par Trump ont également consulté régulièrement l’OMS au plus haut niveau au fur et à mesure que la crise se développait.

Selon la publication, Ray Arthur, directeur du Centre opérationnel de dépistage des maladies mondiales du CDC, a participé aux appels quotidiens de gestion des incidents de cette agence et discuté des informations obtenues auprès des fonctionnaires de l’OMS.

Le Post et d’autres médias comme le site d´information Vox considèrent que ces éléments réfutent les allégations du président nord-américain selon lesquelles l’OMS a terminé l´année 2019 par une mauvaise gestion de la réponse mondiale au virus, et que l’organisme dissimulait des informations sur l’incapacité présumée de la Chine à contenir le virus.

La semaine dernière, Trump a annoncé sa décision de geler les fonds destinés à l’OMS, alors que son gouvernement revoit la façon dont l’organisation internationale a géré la crise sanitaire actuelle.

Le chef de la Maison-Blanche a accusé l’entité de favoritisme à l’égard de la Chine et d’avoir trop confiance dans les affirmations du territoire asiatique, tout en remettant en question la position de l’organisation face à la pandémie.

Mais plusieurs sources considèrent que ces attaques contre l’OMS et la décision de retirer le financement des États-Unis, son principal donateur, est un effort de Trump pour détourner l’attention des failles de son propre gouvernement face au coronavirus, qui a déjà causé près de 41 mille morts dans le pays.

Le chef de l’État lui-même a été critiqué pour avoir d’abord minimisé l’ampleur de l’épidémie et, après avoir annoncé qu’il gèlerait les fonds de l’OMS, a été condamné à de nombreuses reprises aux niveaux national et international.

peo/mem/mar

EN CONTINU
notes connexes