mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba, les États-Unis et la Suisse : le crime des respirateurs artificiels pour faire face au Covid-19

Berne, 26 avril (Prensa Latina) Le blocus des États-Unis contre Cuba ignore les limites morales, à ce stade rien de ce que Washington ferait pour agresser l’île ne devrait surprendre, mais le crime des respirateurs artificiels suisses ouvre un chapitre de cruauté inédit.

 Double effort pour Cuba. Le pays est actuellement mobilisé contre le coronavirus à l’intérieur de ses frontières et bien au-delà, mais doit également faire face au renforcement du blocus imposé par Washington et de ses effets extraterritoriaux, a publié le quotidien suisse Le Courrier.

Dans un article, la journaliste Laura Hunter a expliqué aux Helvétiques ce que la Maison Blanche et la grande presse aimeraient passer sous silence : les entreprises suisses IMT Médical AG et Acutronic Médical Systems AG, parmi les leaders mondiaux dans la fabrication de respirateurs de haute technologie, ont reçu l’ordre de ne pas les vendre à la plus grande des Antilles.

Invoquant les sanctions commerciales, financières et économiques étasuniennes, elles ont refusé de fournir ces équipements essentiels pour le traitement de patients atteints du Covid-19 dans un état grave, après avoir été acquises il y a deux ans par la société nord-américaine Vyaire Medical Inc.

Le Courrier a contacté IMT Médical AG et Acutronic Médical Systems AG sans recevoir de réponse, car son département des communications, le seul habilité à se prononcer, a été transféré aux États-Unis.

Le gouvernement cubain a dénoncé le nouvel acte inhumain et réaffirmé que cela n’empêchera pas les personnes qui ont besoin de cette ressource essentielle en soins intensifs de survivre à l’agent pathogène mortel.

Le quotidien Tribune de Genève s’est également fait l’écho du thème des respirateurs, en signalant que ‘le harcèlement du gouvernement des États-Unis contre Cuba ne semble pas avoir de limites’.

La publication a souligné la solidarité de l’île, qui ne représente aucune menace pour un autre pays.

‘Les brigades médicales cubaines sont toujours les premières à répondre présentes face aux urgences humanitaires, hier en Haïti après un tremblement de terre ou pour combattre le virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, les professionnels de la santé cubains apportent dans 59 pays leurs connaissances dans la lutte contre le Covid-19’, a-t-il souligné.

LA SOLIDARITÉ SUISSE

Plusieurs organisations suisses ont condamné énergiquement cette semaine les nouvelles actions du blocus imposé au pays caribéen et ont dénoncé le fait que son application dans le scénario global actuel de pandémie défie le droit international.

Dans un communiqué, l’Association Cuba-Suisse, Medicuba-Suisse, Medicuba-Europe, ALBA-Suisse, Solifonds, AMCA, Centrale Sanitaire Suisse Romande et Medico International Schweiz ont déclaré que l’île, comme presque toutes les nations de la planète, mobilise ses ressources et ses efforts pour faire face au Covid-19.

‘Cuba a plus que jamais besoin de médicaments, de nourriture, de carburant, de matériel médical et de devises et, bien qu’elle dispose d’un système de santé efficace et d’une expérience dans la lutte contre les épidémies (ce n’est pas un hasard si des brigades médicales cubaines sont déployées en Europe), le blocus imposé par les États-Unis représente un lourd fardeau et menace la vie de nombreuses personnes.

Outre la décision imposée aux sociétés suisses de ne pas vendre les respirateurs, les organisations ont rejeté le blocage en vigueur des banques suisses pour les transactions concernant la plus grande des Antilles, bien que le gouvernement helvétique s’oppose officiellement à cette mesure et entretient des liens historiques d’amitié et de coopération avec Cuba.

Cette situation s’est aggravée à un niveau plus élevé que l’arbitraire, les banques suisses bloquant les transferts entre banques nationales par le simple fait que la mention de Cuba apparaisse dans une transaction, ont déploré ces organisations.

Les groupes de solidarité ont dénoncé le fait que, ces derniers jours, on ait empêché le transfert d’argent collecté pour soutenir le combat contre le Covid-19 sur l’île.

Une telle action est inacceptable et viole les droits et les libertés des citoyens suisses, ont-ils condamné.

Les organisations ont souligné l’aide apportée par Cuba à plusieurs pays touchés par la pandémie et ont affirmé qu’il était plus urgent que jamais que les États-Unis entendent l’appel universel à la levée du blocus.

Elles ont également demandé à la Suisse, conformément à sa tradition humanitaire et diplomatique, de prendre des mesures pour garantir l’achat par le pays caribéen d’équipements clés dans le combat contre le Covid-19 et empêcher les banques de freiner les dons.

« En outre, nous exigeons de la Suisse qu’elle ne soit pas complice de cette politique étasunienne illégale et criminelle », ont-ils souligné.

peo/rgh/wmr/cvl

 

EN CONTINU
notes connexes