jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba réclame une enquête sur l’attaque de son ambassade aux États-Unis

La Havane, 7 mai (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a réitéré l’appel lancé au gouvernement des États-Unis pour qu’il mène une enquête rapide et approfondie sur l’attentat contre le siège diplomatique de l’île dans ce pays.

 Prenant la parole ce lundi lors du Sommet virtuel du Groupe de contact du Mouvement des pays non alignés (MNOAL) contre le Covid-19, le mandataire cubain a rappelé que Washington est tenu d’assurer la protection des missions diplomatiques et de leur personnel par la Convention de Vienne de 1961.

Après l’attentat perpétré le 30 avril dernier contre cette ambassade, Diaz-Canel, sur son compte Twitter, a qualifié l’agression d’acte de haine, conforme à l’hostilité traditionnelle de l’administration étasunienne envers Cuba.

Il a également affirmé que ne pas partager avec le pays attaqué toutes les informations relatives à cet attentat équivaut à de la tolérance et ravive l’histoire du terrorisme contre Cuba.

De même, le chancelier cubain Bruno Rodriguez a dénoncé sur ce réseau social le silence complice du département d’État des États-Unis et de son secrétaire Mike Pompeo face à l’acte terroriste.

Il a souligné que les voix condamnant cette grave attaque et exprimant leur solidarité et leur soutien à Cuba sont nombreuses aux États-Unis et dans le reste du monde.

L’attentat, perpétré par un individu armé d’un fusil d’assaut de gros calibre, n’a fait aucune victime mais a causé des dégâts matériels.

Dans une interview en ligne avec Prensa Latina, l’ambassadeur cubain aux États-Unis, José Ramón Cabañas, a affirmé que ni la Chancellerie ni le secrétaire d’État nord-américains n’ont même condamné publiquement ce fait.

En revanche, a dit Cabañas, dans sa première allusion à Cuba un jour après l’agression, le secrétaire d´État s’est prononcé contre les brigades médicales cubaines qui fournissent aujourd’hui une assistance à des dizaines de pays dans le monde.

peo/oda/evm

EN CONTINU
notes connexes