mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie condamne énergiquement l’incursion de mercenaires au Venezuela

Moscou, 7 mai (Prensa Latina) La Russie a émis une condamnation ferme et inconditionnelle contre l’incursion de mercenaires sur le territoire du Venezuela, en particulier alors qu’aujourd’hui tous les pays sont confrontés à la menace globale de la pandémie de Covid-19, a indiqué le Ministère des Affaires Étrangères.

 Les actions des mercenaires méritent une condamnation ferme et inconditionnelle. Surtout maintenant que tous les pays, y compris le Venezuela, sont confrontés à une menace mondiale et implacable de la pandémie du coronavirus SARS-Cov-2, responsable du Covid-19, note un communiqué.

Nous avons pris note avec préoccupation des informations faisant état de la tentative d’un groupe de mercenaires de débarquer sur le territoire vénézuélien pour perpétrer des attentats contre des représentants du pouvoir légitime de ce pays et ses dirigeants, souligne la déclaration officielle.

Les terroristes, parmi lesquels, selon les organes de sécurité, il y avait des personnes liées à des services secrets étrangers (notamment des États-Unis), ont été neutralisés à temps, souligne la communication.

De plus, les organisateurs de cette opération n’avaient même pas l’intention de se cacher, en exposant leurs détails aux journalistes qui, le 3 (MAI) dernier, ont publié un long reportage dans The New York Times, un média qui n’avait jamais eu de sympathie pour le gouvernement actuel du Venezuela, souligne le document.

La Russie estime qu’au milieu de la lutte mondiale contre le Covid-19, seuls ceux qui ne se soucient pas du sort réel des citoyens vénézuéliens et de l’avenir de ce pays se désengagent des efforts communs déployés pour relever ce défi.

Des visions politiques mesquines, l’obstination à destituer le président légitime du Venezuela et des phrases comme ‘toutes les options sont sur la table’ ne permettent pas à certains pays d’évaluer d’un point de vue réaliste la situation dans les nouvelles conditions mondiales, signale la note.

Par conséquent, l’affirmation de Washington selon laquelle ‘le gouvernement des États-Unis n’a rien à voir avec ce qui s’est passé au Venezuela ces derniers jours’ semble peu convaincante, dénonce la Chancellerie.

La Russie a clairement exprimé sa position sur l’inadmissibilité du recours à la force pour régler les différends politiques, et elle l’a fait à maintes reprises. Il faut un dialogue direct qui ne peut être accepté que par les vénézuéliens eux-mêmes, note le texte.

La solidarité, la confiance et le dialogue sont ce dont le Venezuela a besoin maintenant. Nous appuyons la décision du président Nicolas Maduro de conclure un ‘grand accord humanitaire’ à l’intérieur de son pays, affirme le communiqué.

Maduro a appelé à prendre des mesures pour aider le peuple vénézuélien à lutter contre la pandémie du coronavirus. Nous nous associons à cet appel, souligne la Chancellerie.

peo/rgh/to

EN CONTINU
notes connexes