dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Mexique dénonce le travail nuisible de plateformes de réseaux sociaux

Par Luis Manuel Arce Isaac

Mexique, 7 mai (Prensa Latina) Le Mexique a dénoncé hier les effets néfastes et les objectifs de plateformes de médias sociaux comme Facebook, Whatsapp et d’autres dirigées par Google, Youtube ou Amazon, dans la diffusion de fausses informations sur le Covid-19.

 Lors de sa conférence de presse matinale au Palais National, le président Andrés Manuel López Obrador a formulé une forte dénonciation de ce qu’il a appelé « infodémie » (en référence à une pandémie de fausses informations), qui a été expliquée en termes généraux par le directeur du Système de Radiodiffusion, Genaro Villamil.

Il a dénoncé, entre autres, des versions fausses récentes et des vidéos altérées qui sont truquées pour donner l’impression inverse de ce qui se passe réellement au Mexique dans la lutte contre l’épidémie du nouveau coronavirus.

Le but de ces plateformes, a-t-il dit, n’est pas seulement de donner de fausses nouvelles sur des supports que nous utilisons tous, mais également la transmission rapide du mensonge, c’est pourquoi il est important de connaître la puissance de son algorithme.

Sur les réseaux sociaux, a-t-il ajouté, l’algorithme est la formule secrète pour que nous parviennent des informations malveillantes. En ces mois de confinement, les réseaux sont beaucoup plus utilisés, et par lesquels non seulement de fausses informations sont distribuées, mais sont également obtenues nos données en utilisant leurs médias.

Cette utilisation d’algorithme alimente l’ « infodémie », comme Facebook ou Twitter, par les interactions qui se multiplient, bien que la plus importante soit celle qui se passe via Whatsapp, a indiqué Villamil.

Cette plate-forme a intensifié la circulation d´audios et de vidéos truquées, comme Youtube, afin de générer de la méfiance sociale surtout dans les secteurs populaires qui n’ont pas accès à d’autres moyens de comparer l’information qu’ils reçoivent.

Le fonctionnaire a estimé qu’il fallait expliquer aux gens qu’ils ne reproduisent pas ce genre de mensonges qui accélèrent et créent beaucoup plus de peur et de dépendance que le Covid-19 lui-même, et qu´il est très important de couper cette chaîne de transmission.

Villamil a dénoncé que les attaques et agressions physiques contre des infirmières et des médecins au Mexique ne sont pas fortuites, cela a à voir avec l’ « infodémie ». Parce qu’avec cette stratégie contre ceux qui sauvent des vies, ils cherchent à alimenter des préjugés sociaux pour que la responsabilité de l’épidémie soit confiée à une entité professionnelle.

peo/npg/Lma

 

 

EN CONTINU
notes connexes