vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les entreprises de conditionnement de viande aux États-Unis enregistrent 10 mille cas de coronavirus

Washington, 7 mai (Prensa Latina) Plus de 10.000 cas de coronavirus aux États-Unis sont liés à l’industrie de l’emballage de viande, qui a enregistré une forte augmentation du nombre de personnes infectées ces dernières semaines, signale aujourd’hui le quotidien USA Today.

 Selon la publication, au moins 170 usines dans 29 États ont eu un ou plusieurs travailleurs positifs au coronavirus SARS-Cov-2, responsable de la maladie du Covid-19, et au moins 45 employés de ces sites sont morts de la pandémie.

Le journal a noté que le nombre de personnes infectées ayant des liens avec les usines d’emballage de viande avait augmenté rapidement depuis le 22 avril, date à laquelle quelque 2.200 personnes avaient été infectées dans 48 établissements.

Les épidémies ont provoqué la fermeture d’une quarantaine de sites de mise à mort et de transformation, ce qui a entraîné des pénuries de viande dans plusieurs endroits des États-Unis, le pays le plus touché par le coronavirus dans le monde avec plus de 1,2 million de cas.

C’est pour cette raison que le président Donald Trump, qui plaide pour la réouverture de l’économie nord-américaine le plus rapidement possible malgré les alertes d’experts de la santé, a publié le 28 avril un décret exécutif pour maintenir les usines ouvertes.

Plus d’une semaine plus tard, selon le journal, les fermetures se poursuivent dans ces installations, au cours desquelles au moins sept usines de conditionnement touchées par le coronavirus ont cessé leurs activités au cours des derniers jours, conformément à une moyenne de huit fermetures hebdomadaires enregistrées avant l’ordre du mandataire.

Le Département de l’Agriculture a publié une déclaration mettant en garde contre de nouvelles mesures contre les sites qui ne rouvriront pas, en rappelant qu’ils doivent reprendre leurs opérations dès qu’ils pourront mettre en œuvre le guide des Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies.

De nombreuses entreprises ont déjà signalé qu’elles avaient mis en place des mesures d´éloignement social pour les travailleurs, mais Smithfield Foods, l’une des plus grandes entreprises de l’industrie, a déclaré qu’il était difficile de respecter ces lignes directrices.

À la suite de l’ordre de Trump, plusieurs voix se sont élevées pour s’inquiéter de la sécurité des travailleurs, tandis que certaines sources ont indiqué que l’action exécutive accordait une exonération de responsabilité aux entreprises si les employés contractent le virus au travail.

De fait, cette semaine, un juge a rejeté une plainte déposée par un employé de Smithfield Foods dans le Missouri, qui a affirmé que l’usine où il travaille fournit aux employés des équipements de protection insuffisants et organise les pauses de manière à ce que le personnel s’entasse dans des couloirs et des toilettes étroits.

Entre autres arguments pour rejeter la demande, le juge Greg Kays a soutenu que, sur ordre de Trump, le gouvernement fédéral, et non les tribunaux, est responsable de la surveillance des conditions de travail dans ces lieux.

peo/mem/mar

EN CONTINU
notes connexes