lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela condamne la complicité de l’Europe dans la campagne des États-Unis

Caracas, 24 mai (Prensa Latina) Le chancelier vénézuélien Jorge Arreaza a condamné jeudi la complicité de l’Union Européenne (UE) dans la campagne médiatique menée par les États-Unis pour occulter l’incursion terroriste ratée du 3 mai dernier.

Par le biais du réseau social Twitter, Arreaza a rejeté les déclarations du haut représentant du bloc européen pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, concernant une prétendue crise migratoire dans le pays sud-américain.

« Pour dissimuler la responsabilité et l’échec des États-Unis dans l’opération mercenaire contre le Venezuela, l’UE a gardé un silence complice. Maintenant, dans une stratégie de communication coordonnée entre Washington et l’Europe, ils reviennent avec les matrices de migration et de fausse aide humanitaire », a écrit le titulaire sur la plateforme de communication.

Le gouvernement vénézuélien a dénoncé à plusieurs reprises le récit médiatique visant à maximiser et politiser le phénomène migratoire, dans le but de construire un scénario de crise humanitaire qui justifie une intervention dans le pays.

« Des millions de réfugiés et de migrants vénézuéliens demandeurs d’asile dans les pays voisins se trouvent dans une situation intenable. Notre mobilisation est nécessaire. L’avenir de cinq millions de personnes dépend de nos actions », a déclaré jeudi sur Twitter le diplomate européen.

Au milieu de l’urgence épidémiologique mondiale due à la pandémie de Covid-19, des milliers de migrants ont entrepris le retour au Venezuela depuis la Colombie, l’Équateur, le Pérou, le Chili et le Brésil, en se retrouvant sans protection face aux mesures d’urgence appliquées dans les pays d’accueil pour contenir la propagation de la maladie.

La plupart des rapatriés dépendaient de revenus provenant d’activités informelles, qui ont été supprimées dans le cadre des mesures de prévention; privés de leurs maigres ressources financières et de la protection des États d’accueil, beaucoup ont entrepris le retour vers leur terre natale.

Le retour massif de migrants et la réponse de l’Exécutif bolivarien aux besoins de ses compatriotes mettent à mal la campagne médiatique qui a tenté de dessiner un scénario de crise migratoire et humanitaire au Venezuela.

En revanche, les grands médias internationaux ont passé sous silence le retour dans leur pays de plus de 40 mille Vénézuéliens à ce jour, selon des chiffres officiels.

Face à l’afflux massif de personnes en provenance de territoires à forte prévalence de Covid-19, les autorités vénézuéliennes ont mis en place un cordon sanitaire rigoureux dans la région frontalière pour prévenir la propagation de la maladie.

peo/agp/Wup

EN CONTINU
notes connexes