mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela dénonce un complot pour piller ses réserves d’or

Caracas, 26 mai (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a dénoncé aujourd’hui un complot entre les autorités de la Banque d’Angleterre et des représentants de l’extrême droite d’opposition pour piller les réserves d’or du pays sud-américain dans cet établissement financier.

La vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a exigé le respect absolu du droit international en détaillant les manœuvres de l’institution bancaire pour s’approprier les avoirs de l’État bolivarien, en complicité avec le dirigeant d’opposition Juan Guaidó, reconnu par les États-Unis et leurs alliés (dont la France) comme président en charge du pays sud-américain.

Lors de déclarations aux médias, Rodriguez a lancé un appel aux autres nations, qui détiennent des réserves sous la garde de la Banque d’Angleterre, face au risque de perdre ces ressources si l’entité les ignore en tant que clients pour des raisons politiques.

La vice-présidente a annoncé qu’une audience aura lieu jeudi prochain devant la justice britannique à la suite de la plainte déposée par la Banque Centrale du Venezuela. « Nous espérons le plus grand attachement de ces tribunaux à la légalité et au respect des lois des marchés financiers internationaux », a-t-elle souligné.

Elle a ajouté que le chef de l’État, Nicolás Maduro, avait demandé l’ouverture d’une enquête avec les organes judiciaires vénézuéliens afin de traduire devant la Cour Pénale Internationale les personnes impliquées dans le pillage de l’or vénézuélien déposé à la Banque d’Angleterre.

Delcy Rodriguez a rejeté la recrudescence des agressions économiques contre le pays au milieu de l’urgence sanitaire globale en raison de la pandémie de Covid-19.

L’ambassadeur du Venezuela à l’ONU a récemment dénoncé devant le Conseil de Sécurité la complicité des autorités britanniques avec la politique hostile des États-Unis pour provoquer un changement de régime au Venezuela, en collusion avec des secteurs de l’opposition.

À cet égard, Moncada a mentionné la constitution d’une Unité de Reconstruction du Venezuela au sein de la Chancellerie britannique.

Par l’intermédiaire de cette instance, les parties ont abordé la question de la promotion de garanties pour l’octroi d’un statut préférentiel aux entreprises britanniques au Venezuela après le succès de l’acte d’agression, a déclaré le diplomate.

‘Cette nouvelle preuve, jointe au pillage de plus de 700 millions de dollars d’or vénézuélien par la Banque d’Angleterre, démontre une fois de plus que le gouvernement britannique est un complice opportuniste dans le pillage colonial des richesses vénézuéliennes’, a affirmé Moncada.

peo/tgj/Wup

EN CONTINU
notes connexes