jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une cinquantaine de leaders sociaux tués en Colombie en seulement quatre mois

Bogota, 26 mai (Prensa Latina) Environ 50 leaders sociaux ont été assassinés en Colombie de janvier à avril, dont 24 depuis la quarantaine imposée en raison du Covid-19, a souligné hier le quotidien El Tiempo dans un travail d´investigation.

La publication rapporte que les agressions et les déplacements forcés dans cette nation sud-américaine ont également augmenté au cours du premier trimestre de l´année.

El Tiempo cite la Fundación Ideas para la Paz (FIP) qui note que malgré la pandémie de Covid-19, l’isolement et la quarantaine depuis aujourd’hui deux mois, le conflit continue d’avoir de graves répercussions sur les droits de l’Homme et la vie de la population civile en Colombie.

La FIJ précise que dans le cas des crimes contre les leaders sociaux, 67% des personnes impliquées dans les attaques sont toujours inconnues.

En outre, au cours de ces quatre mois, 21 ex-combattants de l´ancienne guérilla des FARC-EP ont été tués, dont 86 % d’hommes et 14 % de femmes.

‘L’absence de garanties de sécurité pour certains ex-combattants ayant déposé les armes les a contraints à quitter les lieux où ils avaient entamé leur processus de réintégration, comme cela a été le cas dans les départements du Cauca et d´Antioquia’, assure l’enquête.

Selon la FIJ, l’affrontement armé se poursuit activement, avec l’intensification des actions offensives de la force publique et des groupes armés organisés.

Le sénateur Ivan Cepeda, commentant cette étude, a souligné que le massacre des leaders sociaux, au lieu de diminuer, augmente dans ce pays.

‘Le gouvernement nie simplement cette terrible réalité, il ne fait rien pour arrêter ce douloureux et dangereux massacre’, a-t-il assuré sur son compte sur le réseau social Twitter.

peo/tgj/otf

 
EN CONTINU
notes connexes