lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Chine demande au Canada la libération immédiate de la chef financière de Huawei

Beijing, 27 mai (Prensa Latina) La Chine a demandé hier au Canada de libérer immédiatement et de permettre le retour au pays de Meng Wanzhou, directrice financière du géant technologique Huawei, en dénonçant que son cas est devenu politique.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires Étrangères, a déclaré lors d’une conférence de presse que le pays nord-américain et les États-Unis voisins avaient fait un usage arbitraire du traité bilatéral d’extradition, violant ainsi la sécurité et les droits des citoyens chinois.

Réaffirmant la détermination de Beijing à protéger ses compatriotes, le porte-parole a exhorté Ottawa à corriger ses erreurs et à éviter de détériorer davantage les liens mutuels.

Le 1er décembre 2018, Meng a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver à la demande de Washington, qui l’accuse d´avoir trompé des institutions financières, de conspiration et de fraude dans les télécommunications pour avoir violé les sanctions imposées à l’Iran.

Le Canada n’ayant pris aucune mesure punitive à l’encontre du pays persan, l’équipe juridique de la fonctionnaire demandera l’annulation de la demande d’extradition.

Si la défense réussit, elle peut obtenir la liberté ou le ministère public peut faire appel. Dans le cas contraire, l’audience entrera dans sa deuxième phase en juin prochain et se concentrera sur la régularité de la procédure d’arrestation.

L’équipe a signalé des abus de procédure lors de l’arrestation de sa cliente par l’Agence canadienne des services frontaliers.

Si cette étape échoue, une troisième se poursuivra en septembre prochain.

Dès le début de la procédure d’extradition, les avocats de Meng ont souligné l’abus de pouvoir, la politisation et l’absence de preuves solides pour la juger.

La directrice se trouve en liberté conditionnelle depuis la mi-décembre 2018 après avoir payé une caution de 10 millions de dollars canadiens (7,5 millions de dollars étasuniens), mais elle est soumise à une surveillance physique et électronique 24 heures sur 24.

peo/mem/ymr

EN CONTINU
notes connexes