mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un responsable du génocide rwandais persiste à nier les accusations

Kigali, 27 mai (Prensa Latina) Le criminel de guerre rwandais Felicien Kabuga a insisté aujourd’hui à nier les accusations portées contre lui devant un tribunal en France.

Bien qu’il ait été officiellement inculpé par des représentants de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour génocide et incitation au génocide, entre autres chefs d’accusation, Kabuga cherche à échapper à la justice.

Tout ça n´est qu´un mensonge. Je n’ai tué aucun tutsi, je travaillais avec eux, a déclaré l’entrepreneur de 84 ans, qui a été arrêté dans la banlieue de Paris le 16 mai dernier après 25 ans de cavale.

Pour l’instant, Kabuga tente de faire refuser son transfert pour être jugé par le tribunal international basé à La Haye, aux Pays-Bas, au motif qu’il est trop âgé et malade.

Cependant, un tribunal français a rejeté ce mercredi une demande de libération sous contrôle judiciaire.

Kabuga, le fugitif le plus recherché pour sa responsabilité dans le génocide de 1994, est accusé d’avoir équipé les milices Hutus lors du génocide qui a tué plus de 800 mille Tutsis, ainsi que des Hutus modérés qui essayaient de les protéger.

Les procureurs rwandais ont déclaré que les documents financiers trouvés à Kigali après le génocide indiquaient que Kabuga, alors homme d’affaires, avait utilisé des douzaines de ses entreprises pour importer de grandes quantités de machettes utilisées lors des massacres.

Il était également copropriétaire de Radio Television Milles Collines, la station de radio qui a attisé la haine ethnique en diffusant des messages anti-tutsis.

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda de l’ONU a inculpé Kabuga en 1997, en son absence, d’accusations liées à un complot de génocide, de persécution et d’extermination.

peo/oda/lp

EN CONTINU
notes connexes