jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ambassade de Russie en Allemagne rejette les accusations de cyberattaque

Berlin, 28 mai (Prensa Latina) L’ambassade de Russie en Allemagne a rejeté hier des allégations selon lesquelles un service secret russe serait responsable d’une attaque de hackers contre le parlement allemand en 2015.

Il s’agit d’une ‘histoire rebattue’, indique-t-il dans une déclaration accusant les autorités allemandes de refuser de coopérer à l’enquête.

‘Lorsque la partie russe a accepté de discuter des questions d’intérêt pour nos partenaires allemands par le biais des services pertinents et d’examiner les pistes possibles, le sujet a cessé d’être intéressant pour Berlin’, exprime le document cité par des médias allemands.

L’attaque cybernétique contre le Bundestag, la Chambre basse du parlement allemand, a été connue en mai 2015, lorsque des ordinateurs de nombreux bureaux ont été infectés par un logiciel espion, y compris celui de la chancelière fédérale, Angela Merkel.

La légation russe considère les accusations comme une tactique de diversion, ‘dans le contexte de la crise provoquée par le coronavirus et des difficultés politiques et économiques internes causées par la pandémie’.

La question de la cyber-sécurité est prioritaire dans l’agenda de la politique étrangère russe, ‘nous restons ouverts à un dialogue objectif d’experts dans ce domaine’, ajoute la missive, en accusant le gouvernement allemand d´avoir un discours de deux poids, deux mesures.

Les interventions des États-Unis seraient ‘balayées sous le tapis’, mais quand il s’agit de la Russie, le contraire est vrai : les faits ne sont pas présentés, mais l´accusation est considérée comme une preuve irréfutable’, souligne l´ambassade.

Le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergei Lavrov, a précédemment rejeté ces accusations.

Merkel a parlé devant le Bundestag (Parlement) il y a deux semaines de ‘preuves irréfutables’ de l’implication de la Russie et d’un incident ‘scandaleux’.

Le procureur général fédéral a accusé le service secret militaire russe GRU et a obtenu un mandat international pour l’arrestation d’un hacker en Russie.

peo/rgh/lla/hcn

EN CONTINU
notes connexes