lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie répondra à l’expulsion de ses diplomates de Prague

Moscou, 5 juin (Prensa Latina) La Russie répondra de manière symétrique à la décision de la République Tchèque d’expulser deux de ses diplomates de ce pays d’Europe centrale, a indiqué le vice-chef du comité sénatorial Vladimir Zhabarov.

Je pense que cela ne fera qu’aggraver les relations entre les deux pays, et la République Tchèque fait en vain ce pas, a signalé le sénateur, estimant que Moscou appliquerait des mesures en réponse à ce geste inamical.

Le 29 avril dernier, la porte-parole de la chancellerie Maria Zajarova avait précisé que la Russie éviterait une détérioration des relations avec Prague, en commentant des versions de presse sur la préparation par cette nation d’une prétendue action contre des fonctionnaires tchèques.

Les médias du pays d’Europe centrale ont fait état d’une prétendue arrivée à Prague d’un représentant des organes de sécurité russes pour éliminer des fonctionnaires responsables du démontage d’un monument dans cette ville dédié au maréchal soviétique Ivan Konev.

Nous ne voudrions aucunement une tension dans les relations, avait commenté alors Zajarova, affirmant que tout était fait pour que cela n’arrive pas. La Russie part du principe que ces liens doivent être développés sur la base du respect mutuel, avait alors manifesté la porte-parole.

En outre, elle avait trouvé étrange la décision du gouvernement tchèque de renommer la place Pad Kashtani, où se trouve l’ambassade russe à Prague, au nom de Boris Nemtsov, en mémoire de l’opposant organisateur de manifestations contre le gouvernement russe en 2011 et qui a été tué lors d’une attaque dans cette capitale.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié de farce l’information publiée par l’hebdomadaire Respekt concernant l’arrivée présumée en République Tchèque d’un membre de la sécurité russe dans le but d’empoisonner des fonctionnaires municipaux de Prague.

La presse de la capitale rappelle qu’à l’époque, le Premier ministre tchèque, Andrei Babich, avait pour sa part estimé qu’il ne serait en aucun cas nécessaire d’expulser l’ambassadeur russe en raison de cette information.

peo/mem/to

EN CONTINU
notes connexes