mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

ONU : quatre personnes sur cinq au Yémen ont besoin d´assistance

Nations Unies, 5 juin (Prensa Latina) Quatre personnes sur cinq au Yémen, soit 24 millions de personnes au total, ont besoin d’aide pour sauver leur vie au milieu de la plus grande crise humanitaire du monde, a alerté l’ONU.

Comme l’a déclaré ce mardi le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, plus de cinq ans de conflit dans ce pays laissent ses habitants ‘suspendus à un fil’, leur économie en lambeaux alors que leurs institutions font face à un effondrement total proche.

Nous sommes dans une course contre la montre, a averti le titulaire, car les rapports indiquent que dans la ville d’Aden, les taux de mortalité en raison du Covid-19 sont parmi les plus élevés du monde.

Il y a aussi le défi de préserver la principale opération d’aide humanitaire qui est déjà en cours, en développant de nouveaux programmes de santé publique pour combattre le nouveau coronavirus et renforcer les systèmes de santé, a-t-il souligné.

Selon le secrétaire général de l’ONU, les agences humanitaires estiment qu’elles auront besoin de plus de deux milliards de dollars pour couvrir l’aide essentielle de juin à décembre, y compris les programmes de lutte contre le Covid-19.

Si nous ne parvenons pas à obtenir un financement significatif, plus de 30 des 41 principaux programmes des Nations Unies au Yémen fermeront dans les prochaines semaines, a souligné Guterres lors d’une conférence virtuelle pour obtenir de nouvelles promesses d’aide.

Pour sa part, le coordinateur de l’aide d’urgence des Nations Unies, Mark Lowcock, a indiqué que les équipes d’intervention rapide au Yémen pour le Covid-19 ne pourront être financées que jusqu’à la fin du mois de juin si de nouvelles contributions ne sont pas reçues, car la plupart des promesses n’ont pas été tenues.

Le mois prochain, a-t-il dit, nous pourrions commencer à réduire le traitement des enfants souffrant de malnutrition sévère.

De même, a-t-il regretté, le soutien de l’ONU aux installations de traitement du choléra va également commencer à diminuer.

Le Yémen souffre de l’une des plus longues crises humanitaires du monde en raison, dans une large mesure, du conflit qui oppose les troupes gouvernementales aux rebelles hutus.

La crise a connu une escalade en 2015 avec le début des bombardements d’une coalition anti-insurrectionnelle dirigée par l’Arabie Saoudite.

peo/tgj/ifb

EN CONTINU
notes connexes