dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ambassadeur de Cuba réaffirme la volonté de coopération avec le Pérou

Lima, 10 juin (Prensa Latina) L’ambassadeur de Cuba dans cette capitale, Sergio González, a confirmé hier la volonté de son pays de coopérer avec le Pérou et a souligné l’entente qui a rendu possible l’arrivée d’une brigade de 85 médecins et infirmiers cubains pour contribuer à la lutte contre le Covid-19.

Dans une entrevue accordée au portail journalistique Otramirada, il a déclaré que lors des démarches préalables à l’accord de collaboration, l’esprit de concrétiser et de consensus a prévalu, processus auquel ont participé des instances officielles des deux gouvernements et des exécutifs des régions locales où les collaborateurs de la santé travaillent déjà.

Interrogé sur la possibilité que davantage de médecins arrivent dans le pays, alors que le Pérou enregistre plus de 200 mille cas de Covid-19 et 5.571 décès, il a signalé que tout dépendra de l’évolution de la pandémie dans le pays et dans d’autres parties du monde, qui ont également réclamé la collaboration cubaine.

‘Pour notre part, nous serons attentifs aux exigences péruviennes et nous ferons les évaluations appropriées à tout moment. La volonté d’aider ne manquera pas’, a-t-il ajouté, alors que les médias de province rapportent qu’il y a de nouvelles régions qui aspirent à recevoir des médecins cubains.

González a indiqué que les professionnels arrivés au Pérou font partie de la Brigade Henry Reeve, qui compte des milliers de professionnels de la santé cubains dans plus d´une vingtaine d´autres pays et qui a reçu le prix Dr. Lee Jong Ewook de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour son travail humaniste.

Le fait que ses compatriotes soient arrivés tout juste 50 ans après l’arrivée de la première brigade médicale cubaine au Péru, à la suite du tremblement de terre de mai 1970, a également été souligné comme un symbole extraordinaire.

Il y a un demi-siècle, a-t-il poursuivi, ‘Fidel s’est allongé sur une civière d’une banque de sang pour participer personnellement au don nécessaire pour le pays sud-américain, appelant les Cubains à apporter leur contribution volontaire pour les sinistrés péruviens.

Par la suite, l´ambassadeur a rappelé que 37 spécialistes du bâtiment cubains avaient participé à la construction de six hôpitaux au Péru suite à la catastrophe.

Au sujet des attaques de secteurs isolés d’extrême droite contre la coopération cubaine, il en a souligné l’incohérence, car elles accusent les médecins cubains d’esclaves et d’espions, déclarant qu’il n’y a pas de magie qui puisse transformer un esclave en espion ou agent politique.

Il s’agit, a-t-il ajouté, d’une partie du récit de l’axe Washington-Miami, qui trouve ensuite une caisse de résonance toujours serviable.

Sur le processus de normalisation des relations bilatérales sous l’administration Barack Obama (2009-2017), il a déclaré que cette dynamique a été changée par l’administration de Donald Trump, dans laquelle ‘s’est immiscée la mafia de Miami, avec Marco Rubio en tête et sa haine furieuse anticubaine’.

Le diplomate a ajouté que l’ancien conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Bolton, ‘a résumé la nouvelle doctrine : mettre fin au service de la médecine cubaine et sa coopération’.

Au sujet du succès de Cuba dans la lutte contre le Covid-19, il a déclaré qu’il est dû « aux politiques publiques, à partir d’une ferme volonté de l’État et la considération de la santé comme droit humain inaliénable, et non pas comme une marchandise ».

« Il n’y a pas 95 mille diplômés en une décennie, ni une densité de près de neuf médecins pour 1.000 habitants (la plus élevée du monde) du jour au lendemain. Et les 5,2 lits d’hôpital ne sont pas disponibles pour 1.000 personnes en l’espace de quelques semaines », a-t-il conclu.

peo/rgh/mrs

 
EN CONTINU
notes connexes