lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La chancellerie du Mexique confirme un déploiement de forces spéciales devant sa mission diplomatique à La Paz

Mexico, 15 juin (Prensa Latina) Le Ministère des Affaires Étrangères du Mexique a confirmé hier un mouvement inhabituel de troupes boliviennes putschistes devant leur ambassade à La Paz, sans conséquences pour l´instant.

Suite à des questions de Prensa Latina et d’autres médias, la chancellerie mexicaine a envoyé en réponse un tweet de son ambassade dans le pays andin dans lequel il est indiqué qu’effectivement, dimanche 14 juin, un mouvement inhabituel de la police a été enregistré autour de la Résidence du Mexique en Bolivie.

La mission diplomatique de La Paz ajoute qu’après s’être entretenue avec les autorités du Ministère bolivien des Affaires Étrangères, celles-ci ‘ont assuré l’intégrité de l’enceinte conformément au droit international et la police s’est retirée’.

Prensa Latina avait rapporté peu de temps auparavant la menace de perquisition de ce siège diplomatique du Mexique à La Paz par une force de police lourdement armée qui a débuté une manœuvre d’invasion de la résidence.

Des voisins de la mission diplomatique, au sein de laquelle se trouvent l’ancien ministre de la présidence de la Bolivie, Juan Ramón Quintana, et six autres hauts fonctionnaires du gouvernement d’Evo Morales (victime d´un coup d´État le 10 novembre dernier), ont indiqué que l’opération avait été menée par environ 200 hommes en uniforme.

Les policiers, selon la version, ont encerclé la résidence et franchi par l’arrière une borne qui marque le périmètre du siège, avant le petit mur arrière de celui-ci qu’ils essayaient d’escalader.

Cette provocation, comme l’ont qualifié les informateurs, a été précédée par des rumeurs de la police faisant état d’une intervention imminente de l’unité d’élite de la Force spéciale de lutte contre le crime (Felcc) pour pénétrer par effraction dans la résidence diplomatique et arrêter les sept anciens fonctionnaires qui y ont obtenu l’asile.

Ces derniers jours, une campagne internationale a été lancée pour exiger du gouvernement de facto qu’il accorde, conformément aux normes d’asile souscrites par l’État bolivien, des sauf-conduits aux demandeurs d’asile et leur permette de se rendre au Mexique.

Le régime de la présidente autoproclamée Jeanine Áñez refuse d´octroyer ces sauf-conduits aux demandeurs d’asile depuis novembre dernier.

Selon les milieux politiques, cette provocation pourrait être une manœuvre désespérée pour rallier le soutien des secteurs de la population qui ont approuvé le coup d’État de novembre 2019 mais qui ont cessé de soutenir le régime en raison des scandales faisant éclater au grand jour la corruption et l´inefficacité de l’administration de facto actuelle.

peo/agp/Lma/ agp/mrs

EN CONTINU
notes connexes