vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Iraq condamne l’utilisation de son espace aérien par la Turquie

Bagdad, le 16 juin (Prensa Latina) L’Irak a condamné aujourd’hui l’utilisation de son espace aérien par la Turquie, qui l’a violé lors d’une opération contre des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le commandement iraquien des opérations conjointes a déclaré que ces actions constituaient une violation flagrante de la souveraineté du pays arabe, du bon voisinage et des accords internationaux.

La note demande le respect d’Ankara et son engagement à ne plus lancer de telles attaques, ni aucune autre transgression.

L’Irak est prêt à coopérer pour sécuriser les frontières, mais ne permettra aucune violation de son territoire.

Rashad Galali, chef du parti de l’Union patriotique du Kurdistan, région autonome irakienne, a décrit les attaques répétées de la Turquie contre la nation arabe, et qui n’ont pas encore reçu de réponse dissuasive.

La Turquie sape la souveraineté iraquienne en toute impunité, a-t-il souligné.

L’absence de caractère de Bagdad et d’Erbil, la capitale du Kurdistan, ne fait qu’encourager Ankara, a-t-il commenté en évoquant les faibles réponses apportées à ce qu’il considère comme des crimes de la Turquie dans des zones isolées irakiennes.

Selon Galali, les militaires turcs ciblent des camps de réfugiés qui n’ont aucun lien avec le PKK, qu’Ankara inscrit sur une liste de groupes terroristes.

Le politicien kurde a dénoncé le fait que la Turquie bombarde des villages de l’ethnie Yazidi, dans la localité de Sinjar, et des zones agricoles à Duhok et Erbil qui n’ont aucun lien avec le Parti des travailleurs du Kurdistan.

Les victimes sont des civils kurdes, parce que la Turquie est hostile aux kurdes où qu’ils se trouvent, a souligné Galali.

Le PKK, inscrit sur une liste d’extrémistes par la Turquie, les États-Unis et l’Union Européenne, a pris les armes contre Ankara en 1984 et a déclenché un conflit qui a tué environ 40 mille personnes concentrées dans le sud-est du territoire turc.

Le peuple kurde est la plus grande minorité ethnique du Moyen-Orient qui n’est pas établie dans une forme quelconque d’État-nation.

Il s’agit d’une population qui oscille entre 36 et 45 millions de personnes résidant dans l’ordre décroissant en Turquie, en Iran, en Irak et en Syrie.

Il existe également une importante diaspora dans l’Union Européenne et dans certains États post-soviétiques.

peo/agp/arc

 

 

EN CONTINU
notes connexes