lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le clergé de Bethléem condamne l’annexion partielle de la Cisjordanie

Ramallah, 8 juillet (Prensa Latina) Le clergé chrétien de Bethléem a averti hier que l’annexion partielle de la Cisjordanie planifiée par Israël aurait des conséquences catastrophiques pour sa communauté et a appelé les dirigeants du monde à mettre fin à ce qu’il considère comme une grave injustice.

Nous écrivons cette lettre en tant que chefs spirituels de diverses communautés chrétiennes de Bethléem pour lesquelles ce processus conçu par Tel Aviv sera particulièrement catastrophique, ont alerté les signataires dans une déclaration publique.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a précédemment menacé de mettre en œuvre ce projet à partir du 1er juillet ; cependant, des responsables gouvernementaux ont confirmé que le politicien de 70 ans attend des consultations avec les États-Unis et une déclaration de son président, Donald Trump, avant de procéder.

Après l’occupation de 1967, le gouvernement sioniste a usurpé de vastes étendues de terre dans les parties septentrionales de Bethléem, Beit Jala et Beit Sahour, pour y construire des colonies de peuplement, ce qui a entravé notre capacité à grandir en tant que collectivité, et l’un des sites religieux les plus importants (le monastère de Saint-Élie) a déjà été annexé, a dénoncé l’autorité ecclésiastique.

Bethléem a été séparée de Jérusalem pour la première fois en deux mille ans d’histoire chrétienne en terre sainte, les seules zones qui restent pour notre expansion, ainsi que pour l’agriculture et pour que les familles profitent de la nature, sont les vallées de Cremisan et Makhrour, situées à l’ouest de nos zones urbaines, toutes menacées d’annexion, a-t-elle signalé.

Notre plus grande préoccupation est que l’annexion de ces sites poussera davantage de personnes à émigrer, Bethléem entourée de murs et de colonies juives se sent déjà comme une prison ouverte, de sorte que la prison deviendra encore plus petite, sans espoir d’un avenir meilleur, a ajouté le clergé.

Le plan de Netanyahu suit l’accord dit du siècle présenté en janvier dernier par Trump et en vertu duquel Israël pourrait annexer à son territoire 30 pour cent de la Cisjordanie.

C’est du vol de terres, nous parlons de terres qui sont en grande partie de propriété privée et que nos familles ont possédées, héritées et cultivées pendant des centaines d’années ; la plupart des paroissiens ont perdu espoir se sentent désespérés et sans défense en voyant les bulldozers détruire leurs terres, a souligné le clergé.

L’Autorité Palestinienne (AP) a pour sa part rejeté le programme et anticipé que sa mise en œuvre détruirait les perspectives de paix dans la région.

L’AP réclame la création d’un État souverain, avec les frontières d’avant 1967 et Jérusalem-Est comme capitale, aspiration reconnue comme un droit légitime par l’Organisation des Nations Unies et la Ligue arabe, entre autres organismes et blocs de pays.

peo/agp/ap

EN CONTINU
notes connexes