jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un eurodéputé espagnol rejette une nouvelle résolution contre le Venezuela

Par Eduardo Rodriguez-Baz

Madrid, 13 juillet (Prensa Latina) L’eurodéputé espagnol Manu Pineda a accusé samedi le Parlement Européen (PE) de vouloir dynamiter toute possibilité de dialogue pour une solution pacifique et démocratique aux problèmes du Venezuela.

Dans une vidéo transmise à Prensa Latina, le membre du Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique a évoqué une nouvelle résolution adoptée la semaine dernière par le Parlement Européen contre le pays d’Amérique du Sud, qu’il a qualifiée d’hostile.

Bien que ces dispositions n’aient aucune validité diplomatique et qu’elles ne servent pas à marquer la ligne de l’Union Européenne (UE), elles restent un acte profondément irresponsable et dangereux, a dénoncé Pineda.

Il a averti que le texte, soutenu par le Parti Populaire Européen (PPE) de droite, les libéraux, les sociaux-démocrates et l’extrême droite, pourrait briser les canaux de communication entre la diplomatie européenne et le gouvernement légitime du président Nicolas Maduro.

Pour le député du parti espagnol Izquierda Unida (IU), il est dangereux que le PE continue à soutenir une figure comme celle du président autoproclamé Juan Guaidó, qui, malgré le soutien des États-Unis, n’a pas réussi et ne réussira pas à représenter si ce n´est que la majorité de l’opposition vénézuélienne, a-t-il affirmé.

«Les grands groupes de ce Parlement devraient tenir compte du fait que le temps a montré clairement que Guaidó représente une voie sans issue et que tout miser sur une carte peut avoir des conséquences économiques, sociales et humaines irréparables pour le peuple vénézuélien », a-t-il signalé.

En effet, estime Pineda, le dirigeant de l’opposition a de moins en moins de soutiens et tout porte à croire que c’est le fugitif Leopoldo López, qui a trouvé refuge dans la résidence de l’ambassadeur d’Espagne au Venezuela, qui tente réellement de rassembler l’opposition.

‘Les États-Unis ont déjà essayé par le passé de faire en sorte que ce soit lui (Leopoldo Lopez) qui renverse le gouvernement d’Hugo Chavez, et nous savons aujourd’hui qu’il continue à essayer la voie armée pour éliminer Maduro’, a-t-il souligné.

Le dirigeant de l’IU rappelle que le propre quotidien étasunien The Wall Street Journal, que l´on ne peut soupçonner d´être proche de la Révolution bolivarienne, a identifié Lopez comme la figure qui a coordonné et organisé l’incursion mercenaire avortée perpétrée en mai dernier à travers l’État de La Guaira (nord, près de Caracas).

Cette nouvelle résolution du PE est précédée de nouvelles sanctions de l’UE, qui incluent pour la première fois des personnes de l’opposition démocratique simplement parce qu’elles ont désapprouvé Guaidó et ne l’ont pas soutenu, affirme-t-il.

Cela a provoqué une réaction normale au sein du gouvernement de Maduro, qui a décidé d’expulser l’ambassadrice de l’UE à Caracas, a noté Pineda.

Grâce aux contacts entre le chancelier vénézuélien, Jorge Arreaza, et Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour l’action extérieure, cette décision n’a pas été exécutée et les voies de communication ont été rétablies, a-t-il précisé.

Cependant, le texte soutenu par le PPE, les sociaux-démocrates, les libéraux et l’extrême droite tente de dynamiter ce qui a été convenu la semaine dernière, a estimé le député espagnol.

Selon lui, le Parlement Européen, dans cette position, s’efforce d’être plus belliqueux avec le gouvernement vénézuélien que l’Union elle-même, ce qui montre clairement qu’il y a ici de nombreux intérêts qui vont au-delà du prétendu désir d’améliorer la vie des Vénézuéliens.

Le Venezuela a besoin de respect et la solution à ses problèmes ne passe pas par des textes incendiaires rédigés à Bruxelles, mais par le dialogue, le pari de la paix et le respect de la souveraineté des peuples, c’est la seule voie possible, a conclu Pineda.

peo/ga/edu

 

 

 

EN CONTINU
notes connexes