mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Suspension de la construction d’hôpitaux de quatrième niveau en Bolivie

La Paz, 16 juillet (Prensa Latina) Le gouvernement de facto de Bolivie a suspendu la construction d’hôpitaux de quatrième niveau après être arrivé au pouvoir à la suite du coup d’État de novembre 2019, des installations pourtant aujourd’hui nécessaires pour faire face au nouveau coronavirus.

La création de ces centres de santé faisait partie de la politique des gouvernements du Mouvement Vers le Socialisme (MAS) présidés par Evo Morales, dont le Plan hôpitaux pour la Bolivie prévoyait la construction de 45 établissements pour un coût de près de deux milliards de bolivianos (environ 290 millions de dollars au taux actuel).

Sur ces installations, quatre seraient de niveau 4, destinées à pratiquer des neurochirurgies, des remplacements d’articulations et des transplantations d’organes, entre autres traitements très complexes.

Dans le cadre de ces projets, étaient envisagées les constructions d’instituts gastroentérologique à La Paz; cardiologique à Tarija; oncologique à Cochabamba et un de néphrologie-neurochirurgie à Santa Cruz.

À cet égard, l’ancien vice-ministre de la Santé, Álvaro Terrazas, a déclaré que les patients étaient les principales victimes et que l’instabilité institutionnelle générée par le gouvernement de facto portait atteinte à des projets de ce type.

Médecin de profession, Terrazas a cité comme exemple l’Agence des infrastructures de santé et d’équipement médical, institution créée pour contrôler la construction et la fourniture d’équipements aux nouveaux hôpitaux et qui a changé de direction à cinq reprises depuis le coup d’État.

‘Cette situation a paralysé et nui à tous les projets’, a-t-il ajouté.

Le manque d’installations spécialisées est l’une des revendications que les spécialistes du secteur de la santé font au gouvernement de facto de Jeanine Áñez, estimant que l’infrastructure actuelle est insuffisante pour faire efficacement face à la pandémie du nouveau coronavirus.

La Bolivie vit l’un des moments les plus critiques de la pandémie avec plus de mille rapportés par jour, et a déjà dépassé les 50 mille cas positifs et s’approche des deux mille décès, selon le propre Ministère de la Santé du pays andin-amazonien.

peo/npg/avs

EN CONTINU
notes connexes