jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les députés du Chili votent la réforme constitutionnelle attendue à une écrasante majorité

Santiago de Chile, 24 juillet (Prensa Latina) Scellant ce qui est considéré comme la pire défaite politique du gouvernement de Sebastián Piñera, la Chambre des députés a adopté hier une réforme constitutionnelle qui était rejetée par l’Exécutif.

Ainsi, le projet de loi qui a déjà été adopté au Sénat est prêt à devenir loi, mais le plus significatif est le résultat du vote de la Chambre basse, qui a donné son accord par 116 voix pour, 5 abstentions et seulement 28 contre.

Cette proportion a dépassé le quorum des deux tiers exigé par les secteurs les plus conservateurs soutenant le gouvernement, qui entendaient saisir la Cour Constitutionnelle si un vote de cette ampleur n´était pas atteint.

Pour couronner le tout, la Chambre des députés a ensuite rejeté à une majorité écrasante le veto présidentiel sur un autre projet controversé, la loi sur les services de base.

Celle-ci interdit aux entreprises de couper les services d’eau, d’électricité et de gaz aux familles pendant la pandémie et prévoit de reporter le paiement des dettes à une date postérieure à la fin de la crise sanitaire.

Les députés ont ainsi également rejeté la prétention de l’Exécutif de mettre fin à cette initiative.

Le résultat de la journée a été qualifié de dure défaite par le ministre de l’Intérieur lui-même, Gonzalo Blúmel, qui a également reconnu que de nouveaux députés de droite se sont joints au projet de l’opposition depuis la semaine dernière.

La réforme, qui prévoit la possibilité pour toute personne de retirer jusqu’à 10 pour cent de ses économies auprès des Assureurs de Fonds de Pensions, est prêt à être signé par Sebastián Piñera, qui devra le faire dans les 30 jours, sinon elle entrera automatiquement en vigueur.

Cependant, Piñera pourrait y opposer son veto, mais cette variante est considérée par des analystes, et y compris par des représentants de la coalition gouvernementale, comme presque un suicide politique, face au soutien largement majoritaire que la mesure a dans la population.

peo/agp/rc

EN CONTINU
notes connexes