mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Report des élections en Bolivie

La Paz, 24 juillet (Prensa Latina) Le président du Tribunal Suprême Electoral (TSE) de Bolivie, Salvador Romero, a admis aujourd’hui que l’annonce d’un report à octobre des élections prévues pour septembre a suscité des réactions critiques dans différents secteurs de la société.

Lors de déclarations faites après avoir annoncé la prorogation, le représentant du TSE a reconnu que cette décision ‘avait suscité de vives controverses qui divisaient le pays’, en faisant allusion à des expressions contre le changement de date par des personnalités politiques nationales.

Romero a de nouveau insisté pour utiliser la pandémie de Covid-19 pour justifier le changement de date des élections générales, le troisième report, argument rejeté par le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) et d’autres secteurs de gauche.

Le chef de l’organisme électoral a réitéré l’argument traditionnel utilisé par cet organe pour reporter les élections depuis le coup d´État de novembre 2019, en manifestant que la nouvelle date crée de meilleures conditions pour la protection de la santé, ce qui a été immédiatement réfuté par le MAS.

Au contraire, un report de la consultation populaire « nuira au peuple en raison l’ingouvernabilité observée dans le pays », selon l’ancien président de la Bolivie et leader du MAS Evo Morales, qui s’oppose systématiquement aux tentatives du gouvernement de facto et de la droite de reporter la consultation.

Selon l’ancien mandataire exilé en Argentine, les partisans de la prolongation des élections évitent une date proche depuis que l’Exécutif de facto a pris le pouvoir, car ils n’ont toujours pas la force nécessaire pour s’imposer dans les urnes.

Morales et d’autres leaders de gauche, comme le candidat aux élections générales pour le MAS Luis Arce, prétendent que la véritable intention de la droite, à l’intérieur comme à l’extérieur du gouvernement de facto, est de gagner du temps de peur que la population ne vote maintenant contre leurs représentants.

peo/agp/apb

EN CONTINU
notes connexes