samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un membre du Congrès considère la politique des États-Unis envers Cuba comme une honte

Washington, 30 juillet (Prensa Latina) Le représentant démocrate James Mcgovern a qualifié de honteuse la politique menée aujourd’hui par les États-Unis à l’égard de Cuba et a reconnu les souffrances énormes causées par le blocus de Washington contre l’île.

Le législateur du Massachusetts, qui est le président de la Commission des règles de la Chambre des représentants, a déploré que le président étasunien, le républicain Donald Trump, ait de nouveau conduit son pays dans une politique de guerre froide sans succès à l’égard du territoire antillais.

Cette posture, a-t-il déclaré à la Chambre basse, porte préjudice au peuple cubain, tout en refusant aux agriculteurs et aux entreprises des États-Unis la possibilité de nouer des relations avec leurs homologues de l’île.

En résumé, notre politique est une honte, a ajouté Mcgovern, qui a appelé à changer de position envers la plus grande des Antilles et a souligné son intérêt à participer à cet effort.

Si nous pouvons commercer avec la Chine, la Russie et le Vietnam, nous pouvons commercer avec Cuba. Si les nord-américains peuvent voyager dans tous les pays du monde, nous devons pouvoir voyager à Cuba sans restrictions, a-t-il manifesté.

Selon le représentant démocrate, « si les États-Unis se soucient réellement des droits de l’Homme et des souffrances humaines, nous devons reconnaître que le blocus nord-américain contre Cuba cause d’énormes souffrances au peuple cubain ».

Mcgovern s’est exprimé en ces termes lors de l’ouverture ce mercredi d’un débat sur une mesure globale d’allocations, qui inclut des fonds d’urgence pour faire face au nouveau coronavirus et promouvoir la reprise économique dans le pays.

Pour cette législation, le représentant démocrate Bobby Rush a proposé deux amendements concernant Cuba, qui visaient à lever certaines restrictions imposées au pays des Caraïbes, mais qui ont finalement été retirés.

Dans son intervention, Mcgovern a souligné l’initiative de Rush comme un effort visant à créer une approche plus digne du 21ème siècle à l´égard de Cuba.

Son collègue de l’Illinois, a-t-il estimé, voulait soulager une partie de la douleur que les politiques étasuniennes imposent au peuple cubain, en facilitant l’accès à la nourriture et aux médicaments, tout comme l’envoi de soutien de la part de personnes aux États-Unis à leur famille sur l’île, surtout en cette période de pandémie.

Il a ajouté que, bien que Rush ait retiré ses amendements, il a attiré l’attention sur ‘une politique qui a échoué et qui nuit gravement au peuple cubain et doit changer d’urgence’.

Dans un communiqué diffusé hier, Rush a expliqué que la décision de retirer les propositions répondait au fait qu’il était peu probable qu’elles soient adoptées au Sénat, à majorité républicaine, ou qu’elles soient ratifiées par Trump.

Le législateur a également réaffirmé son engagement à renforcer les relations bilatérales et a souligné qu’en présentant ces amendements, les discussions sur la meilleure voie à suivre entre les deux pays ont été relancées.

peo/mgt/mer

EN CONTINU
notes connexes