mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des mouvements sociaux maintiennent leurs protestations en Bolivie

La Paz, 10 août (Prensa Latina) Les mouvements sociaux boliviens ont annoncé aujourd’hui qu’ils continueraient à protester face à l’échec du dialogue avec le gouvernement de facto en demandant la tenue d’élections et la démission de la présidente par intérim, Jeanine Añez.

Aucune des conversations menées en parallèle ce week-end n’a abouti à des accords entre les parties : ni celle engagée entre la Central Obrera Bolivia (COB), l’organe électoral et les législateurs, ni celle d’Añez observée par l’ONU.

La proposition est claire : les élections le 6 septembre, a déclaré aux médias locaux le secrétaire exécutif de la COB, Juan Carlos Huarachi, qui a confirmé que les barrages routiers continueront.

À cet égard, le président du Tribunal Suprême Électoral (TSE), Salvador Romero, a déclaré que le 18 octobre est la date ‘définitive, immuable et incontournable du processus électoral 2020’.

À son tour, face à l’échec de la convocation de la présidente intérimaire, il a annoncé la création d’une commission pour renégocier la question électorale et demander la levée de la coupure de route et d’autres mesures.

Le mouvement paysan indigène qui demande maintenant la démission d’Añez s’est maintenant joint aux manifestations.

Un de ces groupes, les Ponchos Rojos, a appelé des paysans d’autres départements à marcher massivement vers La Paz pour encercler le siège du gouvernement, a rapporté le quotidien local El Deber.

Les paysans de la localité de La Asunta, à Los Yungas de La Paz, et les mineurs du département de Cochabamba exigent également la démission de la mandatrice intérimaire.

peo/mem/lbp

EN CONTINU
notes connexes