mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Laura, Katrina et la contribution de Cuba face au Covid-19

Par Orlando Oramas Leon

La Havane, 27 août (Prensa Latina) L’arrivée du puissant ouragan Laura en Louisiane, aux États-Unis, rappelle ce qui s’est passé il y a 15 ans après l´assaut dévastateur d’un autre phénomène météorologique, Katrina, dont la saga a aujourd’hui des répercutions dans le combat face au Covid-19.

Katrina a été l’un des plus destructeurs et des plus meurtriers de la saison cyclonique dans l’Atlantique en 2005. Environ deux mille personnes sont mortes des effets directs du phénomène météorologique ou des inondations qui en ont résulté.

À cette époque, le président cubain Fidel Castro avait offert aux États-Unis l’envoi d’une brigade médicale avec du matériel et des fournitures, offre que Washington a méprisée. Puis en suivant, à l’initiative du leader de la Révolution cubaine, le Contingent international de médecins spécialistes des catastrophes et des épidémies graves Henry Reeve a été créé, et dont les membres se sont déployés ces derniers mois dans 40 pays et territoires pour collaborer à la lutte contre le Covid-19.

Cela se produit alors que le gouvernement de Donald Trump dénigre cet effort et menace y compris de sanctions les pays qui optent pour la coopération médicale de Cuba, le premier pays du tiers monde à tester sur l´Homme un candidat vaccinal contre le Covid-19.

En dépit de ces menaces, les membres de l’Association des États des Caraïbes (AEC) ont rendu un hommage particulier à la contribution de la plus grande des Antilles à la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans la région.

‘Une reconnaissance spéciale au gouvernement et au peuple cubains pour le service médical et l’appui à l’AEC et aux États et territoires du monde dans la lutte contre la pandémie’, souligne la déclaration de la XXVème Réunion du Conseil des Ministres de l’Association.

Le fait est que le personnel médical cubain a fait face au nouveau coronavirus SARS-Cov-2 à Grenade, au Nicaragua, à la Barbade, à Saint-Vincent-et-les Grenadines, à Antigua-et-Barbuda, à Sainte-Lucie, à Saint-Christophe-et-Nevis, à la Dominique, à Trinité-et-Tobago, à Haïti, en Jamaïque, au Belize et au Suriname. Mais également en Martinique, sous la souveraineté de la France, et à Monserrat, aux îles Vierges, aux îles Turques et Caïques et à Anguilla, sous la souveraineté du Royaume-Uni.

La déclaration souligne que l’AEC réaffirme l’appel lancé au gouvernement des États-Unis pour qu’il cesse l’application extraterritoriale de la loi Helms-Burton contre Cuba et rejette ‘l’application de mesures coercitives unilatérales contraires au droit international’.

Cette démarche, ajoute l´entité, porte atteinte à la paix et à la prospérité des États de la Grande Caraïbe, et doit être éliminée ‘afin de répondre aux besoins humanitaires des peuples en ces temps difficiles’.

Parallèlement, l’Union américaine réclame l’aide de Cuba à un moment où les États-Unis sont l’épicentre mondial de la pandémie. À cela s’ajoute la demande d´un groupe syndical de l’État nord-américain de Washington, comme l’a annoncé sur Twitter l’ambassadeur de l’île aux États-Unis, José Ramón Cabañas.

Le diplomate cubain a diffusé un message du Conseil du travail Martin Luther King, Jr. (MLK Labor) qui se trouve dans le comté de King, dans le nord-ouest du pays, et représente 150 syndicats et 100 mille travailleurs.

Le document, publié sur la page Web du MLK Labor, a attiré l’attention sur l’impact de la crise sanitaire aux États-Unis, le pays le plus touché par la pandémie, et a souligné que les décès concernent de manière disproportionnée les communautés noires, latines et indigènes.

Il a également évoqué la dimension mondiale de l’urgence sanitaire et a estimé que le moment est venu de lancer un appel à la coopération et à la solidarité internationales pour sauver des vies.

C’est pourquoi, et parce que le blocus restreint aussi sévèrement la collaboration médicale et dans la recherche scientifique entre les deux pays, le document demande au Congrès et au président des États-Unis de lever les restrictions à l’accès à l’expérience médicale cubaine.

Une résolution similaire a été adoptée par le Central Sacramento Labour Council, une organisation syndicale californienne.

Jusqu’à présent, plus de 14 villes nord-américaines se sont prononcées en faveur d´une collaboration médicale avec la plus grande des Antilles.

Mais il y a également beaucoup d’autres institutions, organisations et personnalités qui s’accordent à dire que les brigades cubaines du contingent Henry Reeve méritent le prix Nobel de la Paix 2021.

peo/jcm/ool

EN CONTINU
notes connexes