mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les différences entre la Russie et les États-Unis en Syrie

Damas, 27 août (Prensa Latina) Depuis 2014, illégalement et au-delà de toute résolution des Nations Unies, Washington a établi des bases dans la province de Hasaka au nord-est de la Syrie et à la frontière sud-est de ce pays du Levant avec l’Irak et la Jordanie.

De cette date à ce jour, Washington a déployé des troupes dans 13 bases et contrôlé des gisements de pétrole et de gaz dans les zones de Raqqa et de Deir Ezzor sur le principe d’un soutien aux dénommées Forces démocratiques syriennes (FDS), composées principalement de Kurdes.

Dans le même temps, les États-Unis soutiennent les attaques systématiques de missiles, plus de 200 au cours des deux dernières années, lancées par le régime sioniste israélien contre le territoire syrien depuis les hauteurs occupées du Golan et des zones palestiniennes.

Dans le même temps, ils ont renforcé le bloc économique et commercial, étendu depuis juin dernier par la loi César pour sanctionner y compris des pays tiers liés à la Syrie, et ce avec le consentement de l’Union Européenne et d´alliés dans la région du Moyen-Orient.

De même, ils transportent des armes et un soutien logistique aux FDS à partir de frontières poreuses au nord de l’Irak, terrorisent les populations d’origine et provoquent dangereusement des patrouilles russes, d’après des vidéos et des dénonciations continues sur les réseaux sociaux et dans des médias comme Al Masdar, Spoutnik, l’agence syrienne SANA ou Russia Today, entre autres.

Face à cette situation, qui atteint actuellement des niveaux de haute tension, la Russie maintient des accords de coopération avec la Syrie depuis la base de Hemymin, province de Lattaquié, et le port de Tartous, établis légalement et en accord avec les canaux officiels.

De même, dès le début de la crise, Moscou a établi un centre de coordination à Hemymin pour aider à la réconciliation et parvenir à une stabilité négociée dans plus de 2000 localités et concernant plus de 200 groupes radicaux couvrant les régions de Lattaquié, Homs, Hama, Deraa, Damas et la province du même nom.

Pour les médias officiels syriens et russes, les États-Unis provoquent actuellement des tensions qui vont au-delà de toute ligne rouge -selon les termes au niveau mondial- et créent un climat de guerre prétendument prévisible sans précédent au Moyen-Orient.

peo/mem/pgh

EN CONTINU
notes connexes