samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Arreaza dénonce le Brésil et la Colombie pour négligence face au Covid-19

Caracas, 28 août (Prensa Latina) Le chancelier du Venezuela, Jorge Arreaza, a dénoncé hier la négligence des gouvernements du Brésil et de la Colombie pour avoir refusé de collaborer à la lutte pour contenir l’expansion du Covid-19.

Dans un dialogue en ligne avec les anciens ministres des Affaires Étrangères du Brésil Celso Amorim et Aloysio Nunes, le diplomate vénézuélien a assuré que le président Nicolás Maduro a envoyé plusieurs lettres officielles aux dirigeants de ces pays voisins pour tracer un plan conjoint de lutte contre la pandémie et qu´aucun n’a répondu.

Arreaza a assuré que face à la croissance des infections par le nouveau coronavirus au Brésil et au fait de voir que les mesures nécessaires pour empêcher la propagation du virus ne sont pas prises, le Venezuela a fait part de ses préoccupations à l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Il a expliqué que l’Exécutif avait essayé d’établir un dialogue avec les ministres de la Santé des deux pays et y compris par le biais de l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) et que cela n’avait pas été possible.

Du Venezuela, nous demandons l’établissement d’un pont d’aide (…) nous sommes prêts à nous déplacer sur n’importe quel terrain pour établir des relations bilatérales. Les questions de coopération doivent être traitées avec dignité et responsabilité au-delà de toute différence idéologique, a-t-il précisé.

Il a rappelé que son pays n’avait jamais rompu ses relations avec le Brésil et qu’il était prêt à aider ses voisins à faire face à la crise au-delà des différences.

Par ailleurs, il a indiqué que le président brésilien Jair Bolsonaro viole la Charte des Nations Unies en s’immisçant dans les affaires internes du Venezuela et a donné l’exemple de la menace de forcer l’entrée de la prétendue aide humanitaire humanitaire le 23 février 2019.

‘Je sais que la diplomatie brésilienne se maintient en résistance (…) qu´elle reviendra à des relations de paix et de compréhension dans le futur’, a-t-il ajouté.

peo/car/ycv

EN CONTINU
notes connexes