lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie demande des preuves à l’Allemagne dans l´affaire de l´opposant hospitalisé

Moscou, 2 septembre (Prensa Latina) La Russie considère que l’Allemagne devrait présenter des preuves de l’empoisonnement présumé du blogueur d’opposition Alexei Navalni, hospitalisé à la clinique de Charite, à Berlin, a rapporté aujourd’hui la Chancellerie.

L’Allemagne n’a fourni aucune preuve concrète concernant la situation de Navalni, qui, après avoir séjourné un peu plus d’une journée dans un hôpital d’Omsk dans un état grave, a été transporté par avion-ambulance à cette clinique, a-t-elle expliqué.

Les spécialistes russes ont indiqué qu’ils avaient d’abord cherché des indices d’une intoxication, mais que ce diagnostic n’a finalement pas pu être confirmé. Contrairement aux médecins allemands, les médecins russes ont dû agir sous pression pour rendre un verdict, a estimé la Chancellerie.

Le Ministère russe des Affaires Étrangères a indiqué dans une note que les médecins allemands et le Ministère de la Justice du pays européen ont reçu l´interdiction de communiquer avec leurs collègues russes au sujet de cette affaire.

Berlin fait des déclarations ronflantes au sujet de Navalni, mais ne présente aucune preuve, a considéré cette entité en commentant les affirmations du gouvernement allemand sur un usage présumé d’un poison semblable au ‘Novichok’ dans le cas du blogueur d’opposition.

La prétendue existence de la substance toxique surnommée en Occident ‘Novichk’ a déjà été manipulée dans les accusations lancées par Londres contre Moscou dans l’affaire de l’empoisonnement présumé en mars 2018 de Sergueï Skripal, un ancien membre des services de renseignement militaire russe.

Skripal et sa fille Julia sont apparus « intoxiqués » dans un parc de la ville anglaise de Salisbury et le gouvernement britannique a immédiatement accusé la Russie d’être derrière cette action.

Bien que le Royaume-Uni n’ait jamais présenté de preuve concrète de la responsabilité de Moscou dans l’affaire Skripal, il a organisé sous ce prétexte un boycott diplomatique et a appliqué des sanctions contre la Russie.

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a affirmé que tout un complexe d’analyse a été réalisé, conformément à toutes les normes internationales, avant que Navalni ne soit amené à Berlin depuis la ville d’Omsk à la mi-août dernier.

Jusqu’alors, aucune substance toxique n’a été détectée dans le corps du blogueur de l’opposition, a précisé le porte-parole.

peo/car/To

EN CONTINU
notes connexes