samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Gouvernement des États-Unis menace un organisme pour donner la parole au chancelier iranien

Téhéran, 17 septembre (Prensa Latina) Les États-Unis ont menacé aujourd’hui de sanctions le Foreign Relations Council (Conseil des affaires étrangères), une organisation à but non lucratif basée à New York et à Washington, pour avoir invité le chancelier iranien Mohammad Yavad Zarif.

Selon des informations publiées dans cette capitale, la Maison Blanche a affirmé que cette entité d’analyse et d’étude avait violé la loi en contactant le chef de la diplomatie iranienne.

La note fait état des pressions du gouvernement du président Donald Trump contre le groupe d’experts pour accepter la participation de Zarif à un événement virtuel prévu mardi.

Washington affirme qu’il est illégal de fournir tout type de service à ceux qui font l’objet de sanctions gouvernementales.

Le porte-parole du Département d’État, Morgan Ortagus, a accusé l’Iran de crimes contre les droits de l’Homme et a affirmé qu’aucun pays ou organisation ne devrait donner à Zarif une plate-forme pour s´exprimer et que le gouvernement iranien ne mérite que l’isolement.

Un membre du Conseil des affaires étrangères a déclaré que toutes les instructions du Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor avaient été respectées et que l’invitation n’impliquait aucun appui aux politiques ou arguments du chancelier iranien.

La convocation de l’ONG inclut des discussions sur le retrait unilatéral des États-Unis du Plan d’action conjoint, ou accord nucléaire, et ses conséquences diplomatiques pour l’Iran et la région.

Ce Conseil a été créé en 1921 pour analyser la politique étrangère et les affaires internationales des États-Unis.

Ses membres comprennent pourtant des hommes politiques de haut rang, d’anciens secrétaires d’État, personnels de la CIA, banquiers, des avocats, des professeurs et des personnalités des médias.

Son agenda est y compris de promouvoir la mondialisation, le libre-échange, la réduction des réglementations financières sur les sociétés transnationales et la consolidation économique des blocs régionaux.

peo/mem/arc

EN CONTINU
notes connexes