vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis semblent en guerre contre la planète, dénonce Cuba à l’ONU

Nations Unies, 22 septembre (Prensa Latina) Le chancelier de Cuba, Bruno Rodriguez, a dénoncé hier à l’ONU les actions irresponsables du gouvernement des États-Unis, qui semble être en guerre avec la planète, ses ressources vitales et ses habitants.

C’est ce qu’il a déclaré lors de la réunion de haut niveau pour commémorer les 75 ans des Nations Unies, soulignant que Washington menace le multilatéralisme et le droit international par son comportement irresponsable et constitue ainsi le plus grand danger pour la paix et la sécurité internationales.

À l’occasion du 75e anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, la plus grande puissance mondiale encourage les conflits, les guerres non conventionnelles et commerciales et impose des mesures coercitives unilatérales sévères, a déclaré le ministre des Affaires Étrangères lors de son intervention de manière virtuelle.

Elle quitte également des instances internationales comme l’Organisation Mondiale de la Santé, l’Unesco ou le Conseil des Droits de l’Homme, a-t-il signalé.

De même, a-t-il ajouté, Washington dilapide dans sa course aux armements des ressources indispensables au développement durable de nos peuples, tout en refusant de coopérer dans la lutte contre les multiples crises engendrées par la dévastatrice pandémie de Covid-19.

Selon le ministre cubain, les États-Unis ignorent d’importants accords en matière d’environnement, de désarmement et de maîtrise des armements.

Par son action, a-t-il souligné, le Gouvernement nord-américain fait obstacle à un règlement global, juste et durable du conflit israélo-palestinien, que cette organisation (des Nations Unies) a toujours réclamé, et propose à la place le dénommé « Accord du siècle ».

Ce plan des États-Unis menace l’avenir de l’État de Palestine, avec les frontières d’avant 1967 et Jérusalem-Est comme capitale, a noté le Chancelier.

En outre, a-t-il poursuivi, Washington refuse au peuple portoricain le droit à l’autodétermination et à l’indépendance, alors que la troisième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme touche à sa fin.

Le gouvernement étasunien s’immisce dans les affaires intérieures de dizaines d’États membres de l’ONU et menace ceux qu’il accuse d’influencer son système électoral corrompu. La peur et le mensonge répété sont les nouvelles armes dans sa stratégie médiatique malhonnête et de désinformation, a manifesté Bruno Rodriguez.

De même, a-t-il souligné, le Gouvernement des États-Unis viole la Proclamation faisant de l’Amérique Latine et des Caraïbes une zone de paix en réactivant la Doctrine Monroe.

Face à cette situation, le ministre des Affaires Étrangères de Cuba a plaidé en faveur de la réaffirmation de l’attachement aux principes du droit international et du renforcement du multilatéralisme, de la coopération avec les organismes internationaux et du pouvoir de l’Assemblée Générale de l´ONU.

peo/Jha/ifb

EN CONTINU
notes connexes