jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ALBA-TCP rejette les mesures prises par les États-Unis à l’encontre de fonctionnaires nicaraguayens

Caracas, 11 octobre (Prensa Latina) L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP) a rejeté aujourd’hui l’annonce de mesures coercitives de la part des États-Unis contre deux hauts fonctionnaires nicaraguayens.

Dans un communiqué officiel publié ce dimanche, il est signalé que les actions contre la procureure générale, Ana Julia Guido de Romero, le secrétaire de la présidence, Paul Herbert Oquist et l’Institution Financière Coopérative d’Épargne et de Crédit Caisse Rurale Nationale RL (Caruna RL) sont unilatérales et contraires au droit international. 

L’Alliance rejette la promotion de ce type d’action, qui viole les principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies. Ces mesures coercitives unilatérales mettent en évidence le caractère criminel d’un Etat qui ne respecte pas le droit international et prétend imposer sa volonté par la voie des faits et non du droit.

Elle réaffirme en outre la solidarité de ses pays membres avec le Gouvernement et le peuple nicaraguayens, ainsi que l’attachement de cette nation à la paix et au développement de politiques d’unité nationale par le dialogue.

‘L’ALBA-TCP appelle la communauté internationale, et en particulier les peuples du monde, à rejeter ce type d’intimidation et à défendre les principes du respect de la souveraineté, de l’autodétermination et de l’indépendance des États’, conclut le communiqué émis par l´entité régionale.

Vendredi dernier, le Département du Trésor des États-Unis a publié une annonce de nouvelles mesures contre les fonctionnaires et l’institution pour violation présumée des droits de l’Homme dans le pays d’Amérique centrale.

Les sanctions contre les entreprises, les dirigeants et les hauts fonctionnaires de gouvernements qui ne sont pas proche de sa politique, comme le Nicaragua, le Venezuela, l’Iran, Cuba et d’autres, sont devenues une pratique quotidienne à Washington ces dernières années, et s’est intensifié sous l’administration de Donald Trump.

peo/tgj/ycv

EN CONTINU
notes connexes