samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Tribunal Electoral reste silencieux face à la campagne officielle contre le MAS en Bolivie

La Paz, 12 octobre (Prensa Latina) Le silence du Tribunal Suprême Electoral (TSE) de Bolivie face au prosélytisme électoral du gouvernement de facto a accentué les doutes sur le rôle de cette instance dans les élections qui auront lieu dans maintenant six jours.

L’ingérence gouvernementale dans la lutte pour le vote citoyen s’est intensifiée ce week-end par des appels publics de la présidente de facto Jeanine Áñez et de son ministre du Gouvernement (Intérieur), Arturo Murillo, à voter contre le Mouvement Vers le Socialisme (MAS), dont le candidat présidentiel, Luis Arce, est favori dans tous les sondages.

Le journal Página Siete, loin d´avoir de la sympathie pour le MAS, a rapporté qu’il a consulté le président du TSE, Salvador Romero, ‘au sujet de l’utilisation et de l’abus de biens de l’État pour faire campagne en faveur du candidat Carlos Mesa (de droite) et contre Luis Arce’, et a signalé n´avoir obtenu aucune réponse.

Lors d´une activité officielle diffusée par la télévision d’État, la chef du gouvernement de facto, Jeanine Áñez, a demandé aux citoyens de voter pour le candidat qui a le plus de chance de faire en sorte qu’ « Evo Morales et le MAS ne nous gouvernent plus », violant ainsi la neutralité que les autorités sont tenues de maintenir.

Vendredi dernier, lors d´un autre acte officiel, Áñez a appelé à ‘voter pour la candidature la plus bénéfique, celle dont nous savons qu’elle va vaincre Evo Morales et le MAS’, et a manifesté qu’il a fallu beaucoup de travail pour sortir du pays le leader indigène, actuellement réfugié en Argentine.

Le ministre Murillo a quant à lui appelé samedi les policiers à éviter le retour de Morales lors d´une cérémonie devant ces forces de l´ordre.

Murillo a rappelé qu’une mutinerie de la police a été décisive pour la déstabilisation violente qui, invoquant une prétendue fraude lors des élections d´octobre 2019, a forcé Morales à démissionner en novembre suivant. Le ministre a ensuite déclaré qu’ils sont maintenant tenus de voter contre le MAS.

‘Tous les appels lancés par les autorités pour favoriser un certain secteur politique, en attaquant un autre, ont été relayées par les médias d’État et ont été prononcés lors d’événements officiels du gouvernement’, a souligné Página Siete dans son édition Internet.

Par ailleurs, l’équipe de presse du candidat Luis Arce a diffusé une vidéo dans laquelle de nombreux militaires remettent leurs uniformes, après avoir réalisé, en civil, du prosélytisme en faveur du candidat Carlos Mesa.

peo/rc/Mrs/cvl

EN CONTINU
notes connexes