mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Luis Arce plaide pour un MAS renouvelé

Buenos Aires, 22 octobre (Prensa Latina) Dans la joie encore vive de la victoire du Mouvement Vers le Socialisme (MAS), le président élu de la Bolivie, Luis Arce, plaide pour un bras politique renouvelé, où puissent se retrouver des jeunes engagés dans leur pays.

Dans une interview exclusive par vidéoconférence accordée au quotidien Página 12, l’ancien ministre de l’Économie d’Evo Morales a misé sur un MAS version 2.0, comme il l’a défini, avec des visages jeunes qui peuvent apporter des points de décision et commencer à regarder le remplacement possible.

Non seulement au sein du cabinet, mais aussi dans la vie politique. Nous sommes tous des passagers, il faut laisser une empreinte ; le futur pour ceux qui nous remplacent et prennent les rênes du processus. Le plus important ici est de poursuivre le processus de changement mené par le camarade Evo, a manifesté Arce.

Grand responsable des démarches entreprises sous les mandats du MAS dans l’économie, l’un des secteurs qui s’est le plus développé durant les 14 ans lors desquels Morales a été à la tête du gouvernement, Arce considère que le triomphe écrasant du MAS après le coup d’État de novembre 2019 ouvre une nouvelle voie à la gauche dans la région.

Notre victoire décisive est une continuité, parce qu’ici la droite n’a jamais remporté d’élections depuis 2005, le seul mécanisme a été le coup d’État de l’année dernière. Depuis 15 ans, le vote populaire penche pour la gauche bolivienne. Ce choix donne un message en Amérique Latine, donne une humble contribution à la politique internationale’, a-t-il déclaré.

Après avoir assuré que ‘des vents de changement arrivent également à un moment économique différent’, le président de la Bolivie pour les cinq prochaines années a également affirmé que l’écrasante victoire électorale a clairement montré que l’année dernière Evo avait gagné au premier tour et de manière propre (sans fraude).

‘Dimanche dernier, il ne faisait aucun doute qu’en Bolivie il y a une majorité qui préfère le Mouvement Vers le Socialisme’, a déclaré l’ancien ministre, qui a déjà annoncé un projet urgent pour mettre en marche son pays après 11 mois de gouvernement de facto qui a ruiné tout ce qui avait été réalisé ces dernières années.

Interrogé sur les félicitations envoyées par le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), Luis Almagro, après avoir remporté les élections, Arce l´a considéré comme une insulte au peuple bolivien.

‘Nous ne sommes pas heureux de recevoir des compliments de l’OEA, bien au contraire, nous sommes indignés parce qu’ils sont venus avec les mêmes personnes que l’année dernière’, a-t-il dit en référence à la responsabilité de cet organisme dans le coup d’État de 2019.

En ce qui concerne la relation avec Washington, Arce a déclaré que ‘notre politique étrangère va être de nous ouvrir à tous les pays, mais à condition que la souveraineté soit respectée, que le traitement soit d´égal à égal. Toute nation qui respecte cela sera la bienvenue. Si les Etats-Unis veulent établir des relations avec nous, ils doivent savoir que ce sont les exigences’.

peo/jf/may

 
EN CONTINU
notes connexes