lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des organisations aux États-Unis rechercheront un rapprochement avec Cuba

Washington, 17 novembre (Prensa Latina) Des organisations nord-américaines estiment aujourd’hui qu’il y a une chance pour l’administration de Joe Biden de renverser les politiques néfastes de Trump envers Cuba et d’adopter la politique de normalisation de l’époque d’Obama.

En ce sens, l´organisation Codepink, en collaboration avec un nouveau groupe de politiques nommé Acere (Alliance pour l’engagement et le respect envers Cuba), développe un ensemble de 26 actions que la présidence Biden pourrait entreprendre le premier jour de son administration, uniquement par des ordres exécutifs.

Un appel de cette organisation, qui travaille également à mettre fin aux guerres et au militarisme aux États-Unis, et à soutenir la paix et les initiatives en matière de droits de l’Homme, publié sur son site web info@codepink.org, indique que ces quatre dernières années, Trump a imposé à l’île des sanctions de plus en plus sévères qui punissent des civils innocents.

Cette approche n’a fait que nuire aux Cubains ordinaires et a constitué une rupture totale avec la politique de l’administration Obama de tenter de normaliser les relations entre les États-Unis et Cuba, assure l’organisation.

Unissez-vous à nous pour exhorter le président élu Biden à prendre des mesures le premier jour de son administration pour aider le peuple cubain en mettant fin aux sanctions et aux diffamations utilisées par l’administration Trump!, insiste l’appel de l´organisation.

Toutefois, Codepink admet que ces actions, et celles d’autres organisations similaires qui demandent également des améliorations entre les deux nations, ne mettront pas fin au blocus illégal et immoral imposé à Cuba depuis près de 60 ans.

Par ailleurs, des médias mettent en avant le rôle des opposants à ces éventuelles politiques du nouveau gouvernement qui s’installera à Washington le 20 janvier 2021, notamment les pressions de plusieurs législateurs cubano-américains critiques à un rapprochement.

À cet égard, John S. Kavulich, président du Conseil économique et commercial États-Unis-Cuba, a estimé que le « dégel » qui s’est produit sous l’administration Obama n’est pas quelque chose qui va de nouveau avoir lieu du jour au lendemain.

Il a averti qu´il sera difficile de proposer des législations qui modifieraient les relations commerciales, économiques et politiques avec l’île.

Dans son analyse, Kavulich a estimé possible une reprise des vols commerciaux vers des villes de provinces cubaines, une autorisation à des compagnies nord-américaines pour exporter directement des produits à des membres du secteur privé cubain ainsi qu´un rétablissement des relations directes entre les institutions bancaires des deux pays.

Dans le domaine diplomatique, l’expert a estimé probable une augmentation des effectifs consulaires à l’ambassade de La Havane pour traiter les visas, mais il ne prévoit pas, au moins initialement, un retour aux niveaux diplomatiques précédents avec la nomination d’un ambassadeur à La Havane.

peo/agp/lb

EN CONTINU
notes connexes