lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela rejette un rapport de l’OEA devant la Cour pénale internationale

Caracas, 3 décembre (Prensa Latina) Le Gouvernement vénézuélien a rejeté aujourd’hui le rapport sur ce pays présenté par le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), Luis Almagro, devant la Cour pénale internationale (CPI).

Dans un communiqué officiel publié ce jeudi, il est indiqué que ce document a été élaboré sans aucune constatation sur le terrain et à partir de sources secondaires qui ne constituent pas des preuves des faits allégués déclarés, mais repose donc sur des calomnies sans fondement au sujet des droits de l’Homme au Venezuela.

‘Il vise à interférer de manière tendancieuse et inacceptable dans le fonctionnement indépendant de la CPI en méconnaissant sa personnalité juridique, ses fonctions et ses attributions’, note le texte.

Il déclare en outre que ‘l’individu qui fait office de secrétaire général de l’OEA, ne manque pas l’occasion de montrer son mépris pour les droits de l’Homme et d’appliquer une politique de deux poids, deux mesures sélective à des fins purement interventionnistes’.

Le communiqué du Gouvernement vénézuélien signale que le document publié est dépourvu de tout fondement juridique concernant la situation des droits de l’Homme au Venezuela et constitue une opération évidente de propagande contre les institutions et les autorités de cette nation sud-américaine.

En attendant, souligne le texte, cela confirme devant la communauté internationale la pratique malheureuse et récurrente du ‘fonctionnaire usé’ qui exerce des actions récurrentes en violation de la Charte constitutive de l’OEA, de ses règles internes, des principes les plus élémentaires du droit international et qui manque en outre du mandat unanime nécessaire des États membres de l’organisation.

‘Le Gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela rappelle que l’OEA et son secrétariat, n’ont pas de compétence juridictionnelle pour s’ériger en tribunal international des droits de l’Homme ou pour recueillir des informations tendant à établir la responsabilité pénale internationale dans aucun de ses États membres’, souligne-t-il.

Il indique que ce pays n’est pas membre de cette entité régionale et qu’il n’y appartiendra plus jamais.

Il conclut en mettant en garde que cette action n’est qu’une autre tentative de boycotter et d’ignorer les résultats des prochaines élections législatives du 6 décembre prochain qui auront lieu dans ce pays pour renouveler l’Assemblée nationale qui, depuis 2016, est inhabilitée pour avoir ignoré et défié les autres pouvoirs de l’État.

‘Le peuple vénézuélien donnera une autre leçon de souveraineté démocratique au secrétaire général de l’OEA, ainsi qu’à tout acteur extérieur qui entend intervenir dans les affaires intérieures du Venezuela’, conclut le communiqué.

peo/mem/ycv

EN CONTINU
notes connexes