lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouveau camp temporaire en Grèce, palliatif européen à la migration

Bruxelles, 3 décembre (Prensa Latina) Un nouveau centre d’accueil pour migrants sur l’île de Lesbos, en Grèce, offrira des « conditions décentes » aux sans-papiers arrivant dans le pays, a déclaré aujourd’hui la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Cette décision a été annoncée par la représentante communautaire qui a qualifié ces camps d’ ‘arrêt temporaire avant le retour ou l’intégration’.

La construction du centre s’achèvera en septembre 2021, conformément à un accord signé entre l’Union européenne et la Grèce.

Le centre remplacera le camp de Moria, détruit par un incendie cette année, et sa conception et sa construction doivent respecter la législation européenne et garantir la sécurité des sans-papiers.

En ces termes, von der Leyen a plaidé pour une amélioration de la gestion de l’accueil et des procédures d’asile et de refoulement, ainsi que pour la mise en place de mesures d’intégration garantissant que ‘personne ne reste dans l’incertitude prolongée’.

Aujourd’hui, à Lesbos, près de 8.000 personnes attendent dans un camp provisoire sans protection ni mesures pour assurer leur sécurité face à la Covid-19, maladie qui a infecté des centaines de migrants et causé la mort de dizaines d´entre eux dans les centres d’accueil disséminés tant sur le territoire insulaire que dans la partie continentale du pays.

Sous le regard passif des acteurs régionaux, la situation complexe de ceux qui cherchent refuge sur le vieux continent se prolonge dans le temps et, jusqu’à présent, seul le plan de réinstallation, approuvé cette année par le mécanisme régional, offre quelque espoir à ces personnes.

Des pays comme l’Allemagne, le Luxembourg et le Portugal, ont manifesté leur volonté d’accueillir des migrants, notamment les mineurs non accompagnés, qui avoisinent les 5.000 personnes réparties dans les centres d’accueil de tout le pays.

Mais ces actions ne sont pas la solution définitive pour ceux qui arrivent sur le vieux continent à la recherche de meilleures conditions de vie et qui se transforment souvent en main-d’œuvre bon marché.

peo/mem/Ehl

EN CONTINU
notes connexes