mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Serbie répond aux déclarations de politiciens des États-Unis

Belgrade, 9 décembre (Prensa Latina) La Serbie a signalé aujourd’hui aux États-Unis que si la nouvelle administration veut considérer ce pays comme un de ses amis, elle doit garder à l’esprit que cela ne dépend pas seulement de Belgrade.

Le ministre de l’Intérieur, Aleksandar Vulin, s’est exprimé en ces termes en commentant des déclarations sur la Serbie des politiciens nord-américains Madeleine Albright et Eliot Engel, dans lesquelles seuls des préjugés, de la haine et des mensonges ont été entendus, a-t-il affirmé.

Il a ajouté que ses déclarations incitent non seulement Belgrade à se battre avec la Russie et la Chine, mais aussi à lui apprendre que les Serbes eux-mêmes sont coupables d’avoir été assassinés, bombardés, et doivent, de plus, en être reconnaissants.

La déclaration se réfère à la comparution devant la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis du député Engel et de l’ancienne secrétaire d’État Albright, dans laquelle ils ont affirmé que la Serbie n’obtiendra pas l’adhésion à l’Union européenne tant qu’elle ne reconnaîtra pas le Kosovo en tant qu’État souverain.

Ils ont également estimé que les autorités de Belgrade devraient comprendre que la Russie et la Chine ne sont pas leurs amis.

Vulin a attiré l’attention sur le fait que ces deux politiciens rejettent les décisions d’une Serbie libre et souveraine, mais n’ont jamais examiné l’origine de l’argent avec lequel ils ont eux-mêmes arrosé les représentants politiques de ce qu’il a appelé les clans de la drogue du Kosovo.

‘La Serbie a choisi la Russie et la Chine comme amis, et cette amitié a résisté à de nombreuses épreuves, ils ne nous ont jamais bombardé, ni déterminé ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire, nous ont respecté au moins autant qu’une grande puissance peut respecter un petit pays, et parfois beaucoup plus’, a répondu le titulaire de l’Intérieur.

À cet égard, il a ajouté que les Serbes sont un peuple trop petit pour perdre des alliés aussi importants.

Il a averti que si le nouveau gouvernement nord-américain veut avoir ce pays parmi ses amis, il doit savoir que cela ne dépend pas seulement de Belgrade. À ce propos, Vulin a conclu sa déclaration en manifestant que ‘moins il y aura de Madeleine Albright et d’Eliot Engel, plus il y aura de chances pour que l’avenir dépasse le passé’.

peo/mem/rmh

EN CONTINU
notes connexes