lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trump ignore les efforts mondiaux concernant le Sahara Occidental

Washington, 14 décembre (Prensa Latina) La décision du président Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental provoque aujourd’hui malaise et critiques aux États-Unis et dans le monde.

Cette action a suscité une vive réprimande de la part du sénateur James Inhofe (Oklahoma), président du Comité des Forces armées du Sénat et allié du président, qui a qualifié le fait de reconnaître les revendications de Rabat sur le Sahara Occidental de ‘choquant et profondément décevant’.

‘Je suis attristé que les droits du peuple sahraoui aient été sacrifiés’, a déclaré le parlementaire dans ses critiques à l’encontre du mandataire, qui affirme que la mesure fait partie de son héritage de politique étrangère.

La décision du président de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire en dispute du Sahara Occidental en échange de la reprise des relations de la nation du Maghreb avec Israël est confrontée à un rejet bipartite et international, a commenté le quotidien numérique The Hill.

Les détracteurs les plus critiques de la politique de la Maison Blanche au Moyen-Orient affirment que cette position répond à l’intérêt du mandataire de promouvoir de grandes ventes d’armes dans la région, tout en faisant preuve de mépris pour les droits de l’Homme.

Ils condamnent également Trump pour avoir ignoré des décennies de médiation multilatérale et légitimé l’appropriation de terres par la force en violation du droit international.

Je suis préoccupé par le fait que cette annonce va à l’encontre d’un processus de l’ONU crédible et soutenu internationalement pour traiter le différend territorial sur le Sahara Occidental, a déclaré le président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Eliot Engel.

Jeudi dernier, le mandataire nord-américain a annoncé sur Twitter que son pays reconnaîtrait les revendications du Maroc sur le territoire annexé du Sahara Occidental, tandis que Rabat commencerait à reprendre les relations diplomatiques avec Jérusalem.

Le Maroc a annexé des parties du Sahara Occidental en 1979, mais n’a pas reçu de reconnaissance internationale de ses revendications face au Front Polisario, qui représente le peuple sahraoui.

Le nombre croissant de pays qui normalisent leurs relations avec Israël est également une priorité essentielle pour le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui lutte contre le mécontentement populaire face à ses batailles juridiques, affirment les analystes.

Y compris l’ancien conseiller présidentiel pour la Sécurité nationale, John Bolton, s’est opposé à la décision prise par Trump et a déclaré que son ancien chef avait eu tort d’abandonner trente ans de politique nord-américaine sur le Sahara Occidental pour une victoire rapide en politique étrangère.

peo/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes