lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le premier ministre de Cuba confirme un soutien à la gestion des délégués

La Havane, 16 décembre (Prensa Latina) Le premier ministre de Cuba, Manuel Marrero, a affirmé hier qu’aucun délégué du Pouvoir Populaire ne peut se retrouver désemparé dans sa gestion au sein de la communauté, car le soutenir est une responsabilité du Gouvernement à tous ses niveaux.

 

En intervenant lors des débats de la commission d’Attention aux Organes du Pouvoir Populaire, préalablement à la sixième session ordinaire du Parlement dans sa IXe législature, Marrero a signifié que le délégué est l’expression légitime de la démocratie socialiste.

C’est la personne que le peuple a choisi pour le représenter, a ajouté le chef du gouvernement, qui a insisté sur le fait qu’il s’agit de l’une des tâches les plus complexes et difficiles, car c´est la personne qui se retrouve face à la citoyenneté et à ses besoins les plus immédiats.

C’est pourquoi il ne peut y avoir un questionnement de la population sans réponse, a-t-il souligné, peu importe le scénario où il a été formulé, tant dans les assemblées de reddition des comptes du délégué à ses électeurs, actuellement suspendues par la pandémie de Covid-19, comme dans les bureaux ou espaces existants.

Le premier ministre a indiqué que chaque préoccupation citoyenne est sacrée et doit avoir une réponse, même si ce n’est pas la solution qu’attend la personne.

Cela exige un rôle de premier plan à tous les niveaux du gouvernement, car il s’agit d’un sujet très sensible, lié à la crédibilité de son engagement et, par conséquent, nécessitant la plus grande attention, a-t-il ajouté.

Il n’y a pas de justification à ce que les structures administratives laissent seul le délégué et s’absentent des réunions où elles doivent répondre au peuple, a-t-il ajouté.

Le président de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, Esteban Lazo, a fait valoir qu’il ne fallait pas non plus que des questions restent en suspens ou que les citoyens ne reçoivent pas d’explications convaincantes sur les questions qui les préoccupent.

A cet égard, il a rappelé qu’il existe un système de travail au plus haut niveau, par lequel le premier ministre analyse chaque mois les questionnements de la population avec les ministres et les gouverneurs provinciaux, et ce avec rigueur, et qu´il faut donc que cela se passe de la même manière dans chaque territoire.

peo/mgt/kmg

EN CONTINU
notes connexes