samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La fraude des dénommés Casques blancs en Syrie

Par Pedro García Hernández

Damas, 22 décembre (Prensa Latina) La dernière dénonciation de la Syrie confirme le soutien des centres de pouvoir occidentaux à la prétendue organisation humanitaire des Casques Blancs et révèle en outre une fraude de grossière manipulation médiatique.

Cette fois-ci, la Chancellerie syrienne qualifie de tromperie le comportement désinformateur du gouvernement allemand pour offrir l’asile et justifier la présence dans cette nation européenne de Raed Al Saleh, à la tête de cette « organisation » en alliance avec la junte terroriste pour la libération du Levant, autrefois Front al-Nosra.

Pour la Syrie, de tels faits ‘constituent une violation flagrante des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies’ et font partie des campagnes de désinformation devenues synonymes de la guerre perfide contre ce pays du Levant.

Tout a lieu alors même que le Ministère allemand de l’Intérieur a défini qu’Al Saleh était lié à des groupes terroristes, tel que publié par divers médias de ce pays européen comme l’hebdomadaire Der Spiegel.

L’histoire de ce chef de file, selon de nombreuses données révélées au moins depuis 2013, montre qu’avec le défunt James Le Mesurier, il a fondé les Casques Blancs par l’intermédiaire d’une société écran appelée Mayday Rescue, enregistrée aux Pays-Bas et avec des bureaux à Amsterdam, à Dubaï, en Jordanie et en Turquie.

En 2018, Al Saleh lui-même a été interviewé par l’agence turque Anadolu, évitant ses liens avec Le Mesurier, ancien officier de l’armée de Royaume-Uni et consultant en sécurité dans ce pays, et dont la porte-parole russe des Affaires Étrangères, Maria Zajárova, a défini comme ayant des liens avec des groupes terroristes au Kosovo et au Moyen-Orient.

L’actuel ‘réfugié’ en Allemagne, a reconnu à cette occasion recevoir un soutien financier et matériel du Royaume-Uni, des Etats-Unis, des Pays-Bas, du Danemark, de l’Espagne et bien sûr, du pays qui l’accueille, en plus de mentionner l’Agence turque de gestion des catastrophes et le Croissant-Rouge dont les sièges sont à Ankara, puis il a admis que c’est Mayday Rescue qui canalise tout ce soutien.

Ni à ce moment-là, ni après la mort dans des circonstances jamais élucidées de Le Mesurier à Istanbul à la fin de 2019, Al Saleh ne s’est référé à ce dernier ni au rôle qu’il a joué dans toute l’organisation des Casques Blancs.

Malgré les preuves, le chef actuel de la prétendue organisation humanitaire, auto-qualifiée de ‘Défense Civile’, n’a jamais donné de détails sur son évacuation, celle de sa famille et de 400 autres membres des Casques Blancs des zones des provinces syriennes de Deraa et Quneitra vers la Jordanie en 2018, et ce avec le ‘concours’ du régime sioniste d’Israël.

À cette date, l’Armée gouvernementale syrienne a expulsé les groupes terroristes des régions susmentionnées mais ceux-ci ont reçu un appui logistique et dans des hôpitaux de campagne fournis par Israël, juste sur la ligne de démarcation des territoires syriens occupés du Golan.

peo/mem/pgh

EN CONTINU
notes connexes