jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le chancelier de Cuba ratifie la nécessité d’une action climatique urgente

La Havane, 26 décembre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a confirmé hier la position de son pays de préconiser une action climatique urgente, car les dommages causés à l’environnement compromettent la survie de l’humanité.

Sur son compte Twitter, le chancelier a indiqué que d’ici 2050, environ 200 millions de personnes par an pourraient avoir besoin d’une aide humanitaire internationale en raison des catastrophes climatiques.

Selon les données de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), ce chiffre représente près du double des 108 millions de personnes actuellement touchées.

‘Ne continuons pas à compromettre la survie humaine’, a souligné le chef de la diplomatie cubaine sur le réseau social.

Le 12 décembre dernier, lors du Sommet virtuel sur l´action climatique, le président cubain Miguel Diaz-Canel a appelé les pays développés à jouer un rôle de chef de file solidaire dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour atténuer les dégâts.

Il a également appelé à réduire les modes de production et de consommation du capitalisme, qui ‘sont irrationnels et insoutenables’.

Le mandataire a commenté les actions menées par son pays, qui a mis en œuvre un Plan d’État pour la lutte contre le changement climatique, avec des objectifs nationaux et des engagements internationaux impliquant tous les secteurs de l’économie et de la société.

Parmi les objectifs fixés, il a mentionné les 13 objectifs liés à l’adaptation, qui sont prioritaires en raison du statut de petit État insulaire en développement de Cuba, et les cinq objectifs d’atténuation, qui concernent essentiellement l’agriculture et l’énergie. Dans ce dernier domaine, l’engagement est d’atteindre d’ici 2030 une matrice énergétique avec 24 pour cent de la production d’électricité à partir de sources renouvelables, en plus de réduire à 50 pour cent l’utilisation des combustibles fossiles pour les véhicules terrestres et d’augmenter la couverture forestière jusqu’à 33 pour cent.

Diaz-Canel a souligné que les objectifs proposés et les progrès réalisés ont été atteints en dépit des graves contraintes imposées par le blocus des États-Unis, qui s’est intensifié ces dernières années et ces derniers mois à des niveaux extrêmes.

peo/jf/kmg

EN CONTINU
notes connexes