samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Devises et réorganisation monétaire à Cuba

Par Lourdes Pérez Navarro

La Havane, 29 décembre (Prensa Latina) Face au début de la réorganisation monétaire à Cuba, le 1er janvier prochain, nombreux sont ceux qui demandent comment se fera le change de devises et dans quelle situation se trouveront les comptes en Monnaie Librement Convertible (MLC), entre autres questions.

Cette réorganisation impulsée par le Gouvernement cubain implique l’unification des taux de change en vigueur, l’arrêt de la circulation du peso convertible (CUC), une réforme générale des salaires et des prix, avec l’élimination progressive de subventions excessives et de gratuités indues.

Dans ce contexte, la Banque centrale de Cuba (BCC) a expliqué qu’un taux de change unique est établi pour l’ensemble de l’économie de 24 pesos (CUP) = 1 dollar US (USD).

Celle-ci est prise comme référence par les banques et Casas de Cambio S.A. (Cadeca, Bureaux de change dans le pays) pour établir leurs propres taux d’achat et de vente de devises à partir des marges commerciales établies.

En ce qui concerne les comptes d’épargne en devises étrangères, a-t-il dit, ils restent inchangés, ils continuent de fonctionner de la même manière.

La BCC a expliqué qu’il est possible d’acheter des MLC dans les banques à partir du CUP, mais a précisé qu’à l’heure actuelle les banques ne disposent pas des ressources suffisantes pour cette opération en raison des contraintes de liquidité externe du pays, donc ces achats ne seront exécutés que si des devises sont disponibles dans la succursale.

À cet égard, le président de Cadeca, Joaquín Alonso Vázquez, a précisé à Prensa Latina que ‘nous n’avons pas interdit la vente de devises à la population, mais cela dépend du montant qui arrive aux Bureaux de change. Cuba n´émet pas de MLC, nous dépendons de celles qui entre dans le pays’, a-t-il ajouté.

Il a ajouté qu’avec la contraction du tourisme en 2019, puis avec l’impact de la pandémie de la Covid-19, l’entrée des visiteurs étrangers a été interrompue, situation face à laquelle Cadeca a dû adopter des mesures de restriction.

‘Nous ne vendons pas de devises aujourd’hui dans nos Bureaux de change dans les villes, seulement dans les aéroports et uniquement aux passagers quittant Cuba, avec un plafond de 300 CUC, parce qu’il n’y a plus de disponibilité actuellement’, a-t-il souligné.

Alonso a signifié que, dans la mesure où le tourisme se relancera et où les opérations d’achat de MLC augmenteront, ces bureaux seraient à nouveau en mesure de vendre des devises, ce qui dépendra aussi de la relance de l’économie nationale.

De même, les succursales bancaires et Cadeca échangeront le reste des devises étrangères contre les pesos cubains au taux de change en vigueur ce jour-là.

peo/car/lpn/gdc

EN CONTINU
notes connexes