vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Réorganisation monétaire à Cuba : effets à moyen et à long terme

La Havane, 29 décembre (Prensa Latina) L’aménagement monétaire à Cuba aura des effets à moyen et long terme, mais dans le court terme les impacts positifs sur l’activité productive seront minimes, ont averti des universitaires.

En réfléchissant sur l’importance de ce processus en cours dans le pays et qui entrera en vigueur le 1er janvier, le spécialiste Ricardo Torres, du Centre d’études de l’économie cubaine, affirme que cette prévision ne tient pas compte de la possibilité de gains appréciables du pouvoir d’achat pour les groupes de population au cours de la première année au moins.

Les autorités cubaines ont décidé d’avancer vers l’unification monétaire et de change, processus complexe qui implique des modifications de grande ampleur dans plusieurs aspects économiques et financiers, qui sont aussi irrémédiablement nécessaires pour en voir les premiers résultats, a ajouté Torres.

Dans des déclarations à Prensa Latina, l’économiste a expliqué que puisque la richesse créée n’est pas modifiée dans les premiers temps, toute augmentation du pouvoir d’achat dans un groupe implique une perte équivalente chez les autres acteurs.

À cet égard, il a expliqué qu’en fin de compte, l’augmentation de la consommation réelle et du niveau de vie dépend d’augmentations soutenues de la productivité, liées à des mesures plus importantes.

Torres a rappelé que le système était conçu de manière interdisciplinaire et transversale, notamment en ce qui concerne l’unification de la monnaie et des taux de change, l’élimination des subventions excessives et de gratuités indues et la transformation des revenus; tout cela pour faire avancer la stratégie économique du pays.

À son avis, malheureusement, et bien que les documents politiques fondamentaux donnent des directives claires pour certaines de ces mesures, leur mise en œuvre a été lente et déstructurée, ce qui a limité l’impact de celles qui ont été mises en œuvre.

En définitive, le niveau de vie des habitants d’un pays dépend de la trajectoire de la productivité et de celle-ci dépend de facteurs structurels, de sorte que les transformations dans le secteur nominal peuvent faciliter d’autres changements, mais sont généralement vaines à elles seules, a affirmé Torres. Pour le spécialiste de l’économie cubaine, la mise en œuvre complète des dispositions de la réorganisation monétaire est justifiée par la conviction partagée par de larges secteurs du gouvernement et des universitaires, à partir de leur impact sur le succès d’autres changements nécessaires dans la réforme.

Il existe cependant des désaccords sur la séquence et la portée de sa mise en œuvre, mais en tout cas ce sera l’une des transformations les plus importantes de l’environnement économique cubain des 30 dernières années, a annoncé le docteur en Sciences économiques de l’Université de La Havane.

peo/jf/crc

EN CONTINU
notes connexes