jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Demande de permanence des médecins de Cuba au Guatemala à l´OPS

Guatemala, 4 janvier (Prensa Latina) Des organisations non gouvernementales et des peuples de l’Altiplano occidental du Guatemala ont demandé à l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) le maintien de la Brigade Médicale de Cuba (BMC), comptant aujourd´hui plus de 22 ans de travail sur cette terre.

Dans la lutte du peuple guatémaltèque pour la réalisation de l’agenda des droits, nous avons eu de 1998 à nos jours un allié inconditionnel en la BMC, portant l’humanisme et la solidarité à un niveau superlatif’, ont-elles affirmé dans une lettre adressée à la docteure Carissa Etiene.

Les signataires partagent le point de vue selon lequel les médecins de l’île sont un bastion fondamental dans l’exercice du droit à la santé et à la vie, avec engagement et professionnalisme, là où ni les médecins ni l’État du Guatemala ne sont présents ni souhaitent travailler.

La lettre cite comme exemples de cette prestation solidaire l’accompagnement dans des programmes comme l´Opération Miracle (opérations gratuites de cataracte), la lutte contre la malnutrition chronique infantile ou les urgences sanitaires suite à des tempêtes et des ouragans dévastateurs comme Mitch, Stan, Agatha et plus récemment Eta et Iota.

Ils se félicitent également qu’à la suite de l’éruption du volcan de Fuego (3 juin 2018), la BMC se soit mise à la disposition des autorités sanitaires dans le département d’Escuintla, l’un des plus touchés par la tragédie.

« Et que dire de son action inestimable dans le cadre de la pandémie de Covid-19, étant en première ligne malgré notre système précaire de santé publique », précisent les organisations qui œuvrent pour le développement intégral des populations les plus pauvres.

« Nous rejetons les manœuvres des États-Unis pour discréditer les actions des professionnels de la santé de l’île, nous dénonçons leur chantage à travers la conditionnalité des fonds à l’OPS et nous fêtons l’élection de Cuba au secrétariat exécutif de cet organisme si important, alors que la lutte contre la pandémie doit être abordée dans le cadre de la solidarité, du multilatéralisme et de l’humanisme », précise le texte.

Les mouvements sociaux et les ONG guatémaltèques reconnaissent également le travail de l’OPS et son rôle technique et moral dans la conduite de la lutte commune contre la Covid-19, et considèrent que ‘ce n’est pas le moment de politiser ou de faire écho à cette campagne de dénigrement contre le rôle professionnel et humain de la coopération médicale de Cuba’.

Le même sentiment a également été exprimé dans une autre lettre adressée à Etiene par un groupe de guatémaltèques diplômés de l’École latino-américaine de médecine de La Havane, qui ont réaffirmé l’impact social considérable de la coopération de la plus grande des Antilles.

Comme dans beaucoup d’autres pays, le travail de la BMC a été ici la cible de calomnies de la part de députés de centre-droit en 2020, mais ils n’ont pas pu miner la confiance acquise en 22 ans de présence ininterrompue dans le pays du Quetzal.

peo/ga/mmc

EN CONTINU
notes connexes