samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Pari palestinien

Par Adalys Pilar

Le Caire, 17 janvier (Prensa Latina) Après l’une des années les plus mouvementées par le fléau de la Covid-19 et l’escalade de l’hostilité israélienne, les palestiniens misent sur la tenue d’élections afin de renforcer leur leadership et de relever les défis existentiels pour ce peuple arabe.

Le processus électoral, le premier en une quinzaine d’années, permettra de renouveler la direction de l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP), de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et le Parlement, lors d´élections conçues comme une occasion d’inclure toutes les factions et toutes les voix à la recherche de la pluralité.

Selon les premiers appels, l’objectif est de les réaliser de préférence au premier semestre de 2021, sous réserve d’un décret du président de l’ANP, Mahmoud Abbas, qui a récemment applaudi le soutien du mouvement Hamas, installé dans la bande de Gaza, pour effectuer les élections.

En septembre dernier, après plusieurs décennies de divergences, les représentants de toutes les organisations palestiniennes, y compris le Hamas et le Fatah, ont convenu de surmonter les désaccords et de former un front unifié pour la défense des droits bafoués par Israël.

Au cours de la rencontre, ils ont également convenu de soutenir le prochain scrutin qui, selon le premier ministre de l’ANP, Mohammed Shtayyeh, impulsera la bataille pour des revendications historiques.

‘Nous sommes prêts à utiliser tous nos efforts et nos potentialités pour célébrer les élections tant attendues’, a souligné le fonctionnaire cité par le journal Alquds.

Shtayyeh a déclaré que les élections marqueraient un début démocratique et donneraient une impulsion à la lutte menée pour mettre fin à l’occupation sioniste, établir une patrie souveraine aux frontières d’avant la guerre de 1967 et assurer le retour des réfugiés qui le souhaitent, signale le journal édité à Jérusalem.

Abbas aspire également à tenir cette année une Conférence internationale de paix dans le but de mener des négociations avec Israël sur la base des résolutions adoptées par l’Organisation des Nations Unies (ONU), et il a sollicité l’appui de cet organisme pour convoquer ce forum. 

Les dirigeants palestiniens dénoncent le fait que le gouvernement israélien a intensifié ses manœuvres expansionnistes en profitant du fait que le monde se concentre sur la lutte contre la Covid-19, ce qui les a contraints à persévérer dans leurs actions de résistance au milieu de la crise sanitaire.

L’ONU approuve la vision des deux États contigus aux lignes de démarcation d’avant 1967 comme issue au long conflit, et a en outre déclaré illégales les colonies israéliennes en Cisjordanie par la résolution 2334.

Plus de 700 mille colons israéliens vivent sur le territoire palestinien.

peo/mem/dfm/ap/cvl

EN CONTINU
notes connexes